Tuesday, 21 November 2017

#Yolondon2k17

Okay… Je ne peux pas ne pas en parler. Je suis d’ailleurs surprise que j’ai pu me convaincre d’attendre si tard en novembre pour aborder le sujet. J’ai instagramer les grands moments de chaque journée mais je veux tout de même en parler un peu plus sur cette plateforme-ci. J’ai réalisé un rêve cet automne, ça vaut la peine d’en parler encore et encore mais je vais au moins essayer de l’aborder sur un autre angle! #SorryNotSorry
D’abord, pourquoi Londres? Je ne sais pas trop. Mon père y est aller quand j’étais toute jeune et les photos ont enflammés mon imaginaire. Tous ces magnifiques bâtiments, la richesse, les couleurs... C’est une ville de toute beauté!  L’Angleterre a tellement d’histoire et la nôtre est entrelacée avec la leur. En vieillissant, et donc en consommant plus de médias anglophones, j’ai découvert leur accent que j’adore. Puis j’ai vu la ville dans tellement de films et téléséries. Tout ça ensemble fait que je me suis rapidement dit que ce serait le premier arrêt que je ferais en voyageant outre-mer. Oui mes finances en ont pris un sérieux coup à cause de toute sorte d’imprévu mais non, je ne regretterai jamais cette expérience! 
Évidemment, réaliser un grand rêve comme celui-ci, ça implique un tapon d’émotions, right? Et tout le monde ici sait très bien que je suis une personne, comment dire, un peu émotionnelle d’avance…? Ok fine je suis une boule d’émotion sur deux pattes! Alors une des choses qui s’est produite plus souvent qu’autrement en sol britannique, c’est que je me mette à pleurer pour des petits riens : Quand j’ai vu le London Eye pour la 1ère fois à notre arrivée. Quand j’ai vu le Tower Bridge. Quand j’ai lu l’histoire des deux frères dans la Tower of London. Dans la cathédrale St-Paul alors que la chorale pratiquait leur chant *frissons*. À Westminster Abbey quand j’ai vu la tombe du soldat inconnu – L’hommage est juste trop beau et l’honneur tellement grand! Les larmes me remontent aux yeux à relire la plaque. Ah j’ai aussi versé des larmes au pub « The World’s End » parce que tout était juste trop parfait et je ne voulais plus revenir au Canada. Je ne suis plus trop certaine où le compte s’est rendu mais c’était pas mal élevé. Je pense au moins à une moyenne de 2-3 fois par jour.
Quelque chose que j’ai apprécié, c’est l’autonomie qu’on a pu développer très rapidement dans cette ville. Je croyais à tort que les grands monuments, les sites touristiques les plus connus, étaient tous dans un même coin de la ville… Wow! Il fallait vraiment que j’y sois pour me rendre compte à quel point j’étais wrong! Le système de transport en commun est extrêmement bien développé dans la ville et est beaucoup plus facile à utiliser qu’on pourrait le croire. Le métro était un charme! On m’avait dit que c’était complexe et bien différent de ce que j’avais vu, mais vraiment j’ai trouvé ce système bien plus clair et facile d’utilisation que ceux de Montréal, Toronto et Boston. Toutes les stations sont listées sur une affiche afin de te permettre de choisir la bonne plateforme. Y’a vraiment pas plus simple! Les autobus sont aussi pratiques quoi qu’une chance qu’Ann Marie avait accès à un dataplan car sans celui-ci on aurait eu un peu plus de trouble. Autre chose importante, la nourriture était extraordinaire et la booze aussi! On s'est gâté souvent mettons...
Mandatory Fish N Chips
YUM!
OOOUUUHHH!!
Ramsey's restaurant. J'ai presque pleuré tellement ce poulet était bon!
Tout premier Hard Rock Café
HAPPY HOUR!!
Pour une ville avec une population si importante et une présence touristique pratiquement ininterrompue, tout est extrêmement propre! Les rues et ruelles, les stations de métro, les coins touristiques et ceux plus résidentiels. De plus, bien que les résidents soient ancrés dans leur routine et ne se laisse plus déranger par les touristes, j’ai trouvé que les gens étaient d’une très grande gentillesse. Jamais je n’ai ressenti que j’étais en danger, ou que je risquais qu’on me vol. J’avais un sac à dos sur moi en tout temps et même quand nous étions parmi des foules, rien ne lui est arrivé. J’avais une ceinture de corps avec moi que je n’ai jamais porté. On n’est jamais à l’abris de ce genre de risque mais on m’avait fait croire que c’était la ville des pickpockets. Quelle ville ne l’est pas? Nous avons été super bien accueillies par les gens qui travaillaient dans le service à la clientèle un peu partout et plusieurs locaux m’ont offert leur siège tous en même temps dans les métros lorsqu’ils voyaient ma canne, démontrant à quel point ils se soucient quand même de leur prochain. Je me suis sentie chez moi dans cette ville et je peux dire sans crainte que j’aurais été très confortable d’y faire ma vie!
Pour terminer ce post qui commence à s’éterniser, je vais y aller avec ce que j’ai le plus aimé ET ce que j’ai le moins aimé parce qu’on m’a posé la question et j’ai trouvé que l’exercice était intéressant. On a souvent tendance à ne raconter que les bons coups mais en quelque part, même le plus beau des voyages aura un aspect plus faible que les autres.
-         Alors ce que j’ai le plus aimé de ce voyage – à part réaliser un rêve et tomber en amour avec un pont… Man le Tower Bridge est spectaculaire OK! – je dirais que c’est la compagnie! Ça va sonner quétaine, parce que ce l’est un peu, mais Ann Marie était la personne parfaite avec qui faire ce voyage. Nos attitudes YOLO se complétait bien et on savait respecter les volontés, préférences et le rythme l’une de l’autre. Pas dû être évident de devoir ralentir à cause de ma blessure, alors je suis d’autant plus reconnaissante envers elle pour cela. On a ri, on a bu, on a mangé, on a visité les lieux typiques mais aussi différents. C’était juste great! J’espère pouvoir voyager de nouveau en ta compagnie!
YOLO!
 
Blurry photobomb!
-          Maintenant ce que j’ai le moins aimé – à part ma blessure au pied parce que ce serait beaucoup trop facile – c’est le Royal Observatory à Greenwich. C’est l’attraction que nous avons visiter qui m’a le moins plu. On me l’avait probablement juste trop hyper pour ce que c’était. Je trouvais la visite difficile à suivre, on ne savait pas trop par où commencer et où poursuivre. Les expositions sur l’évolution du calcul du temps et des longitudes et latitudes étaient intéressantes mais nous n’avions pas le temps de tout voir et lire en plus que c’était crowded. Nous nous sommes tenus sur le méridien original, pi c’est pas mal ça! Le reste de la visite à Greenwich était agréable par contre et ce n’était vraiment pas déplaisant non plus. Juste moins intéressant que tout le reste que nous avons vécu.
Alors la prochaine étape pour moi est de déterminer ce qui viendra ensuite. Je sais que je ne ferai pas de gros voyage en 2018 comme je chercherai plutôt à me loger. Ça me laisse amplement de temps pour planifier le prochain gros voyage. Est-ce que je retournerai en Europe? Est-ce que ce sera le tour de l’ouest canadien? Pourquoi ne pas rêver plus gros encore et penser à l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. C’est ce qu’il y a de plus beau à propos de réaliser un rêve : Tu peux t’en créer des nouveaux par la suite!

Shotgun Godin

Follow by Email