Monday, 29 February 2016

And the Academy Award goes to...

Février, le mois de l’année le plus court mais, si vous me demandez, celui qui semble le plus long et pénible! Heureusement, la gang sait comment prévenir les risques élevés d’ennui en organisant toute sorte d’activités sociales. Celle que je préfère en ce mois « d’hiver » (quel drôle de température nous avons cette année) est de loin notre Oscar Party! Les 88e Academy Awards viennent de passer et voici mon 5 cents sur la soirée.
Premièrement, j’ai dû m’absenter quelques heures pour une obligation de travail donc je n’ai pu me lancer dans les préparatifs habituels pour offrir à nos invités un délicieux food pun. D’ailleurs, j’ai à peine eu la chance de tous les contempler convenablement comme je suis arrivée après le début de la cérémonie donc mon attention était dirigée ailleurs. Tout était délicieux par contre donc bravo tout le monde! Nous avons encore eu une belle participation cette année avec nos habitués et deux nouveaux visages. Contente de voir que la participation au « semi-formel » optionnel a été plus importante que l’année précédente. Notre salon était super glamorous! Enfin, nous nous sommes tous prêtés à l’exercice de noter nos prédictions dans le but de remporter une pile de film contenant des bons et... well des pas mal moins bons titres.
So much glamorous glam!
Je suis partagée quant à la place que la controverse entourant le #OscarSoWhite a pris dans l’événement. Je félicite l’initiative d’adresser l’éléphant dans la salle (il y avait aussi un ours d’ailleurs… méchant cirque!!!! HA!!!.... Ugh… sorry…) mais je trouve qu’on a mis pas mal trop de focus là-dessus au point où ça aurait pu facilement devenir lourd et répétitif. Il faut savoir balancer un moment donné. Chris Rock a quand même très bien performé comme hôte à mon avis. Les présentateurs étaient aussi très bien, pas de problème de ce côté! J’ai été abasourdie par la performance de Lady Gaga, j’étais très contente de voir BB-8 et R2-D2 monté sur le stage (je tolère C3P0 parce qu’on en a besoin pour traduire les deux autres), on m’a kicker dans la nostalgie avec Woody et Buzz, j’ai détesté voir les Minions, j’ai célébrer la victoire de Leonardo Dicaprio et j’ai tellement pleuré pendant le Oscar Death Reel… Superbe performance de Dave Grohl d’ailleurs.

La plus grande surprise (pour moi) : Spotlight qui remporte Best Picture. Très contente car j’ai adoré le film mais j’avais mis mon vote du côté de The Revenant comme ça semblait vraiment être son année. La « surprise » la plus agréable : Mad Max qui rafle 6 statuettes pour des prix techniques. Surprise est entre guillemet car je leur avais accordé mon vote partout sauf sur costume design and hairstyling. C’était bel et bien mérité. Vraiment fière! La PLUS grande déception (lire ici j’étais PIIIIISSED) : La victoire de Writing’s on the Wall…. BAH WAYONS!!! Le pire c’est que je m’y attendais comme cette chanson a été diffusé PARTOUT et TOUT LE TEMPS et qu’elle est ENVAHISSANTE! On l’a tous eu de pogné dans la tête forever même après la fin des cérémonies. Mais j’ai tout de même changé mon vote avant le début de la remise des prix parce que je croyais que les académiciens sauraient mieux… Ça m’apprendra à avoir foi! Vraiment pas contente!
Enfin, la cérémonie est terminée. Temps de comptabiliser nos points. Avec 14 bonnes prédictions, je suis arrivée deuxième!!! Mike a eu le plaisir de prendre tous les films qu’il ne possédait pas déjà et je recevais donc les autres. J’ai quand même été chanceuse comme j’en ai reçu 8 et il y en a des bons dans le tas. Malheureusement, aucun film ne s’est rendu jusqu’à la troisième marche du podium. Félicitations quand même Amélie pour ta performance!
Encore une fois merci à toutes les personnes qui se sont déplacées et à l’année prochaine!
Shotgun Godin

Friday, 26 February 2016

Mes "pet peeves"

On a tous ces petits quelque chose qui nous dérange profondément. Dans mon cas, il y a vraiment 4 situations qui me mettent très facilement hors de moi. C’est simple, je trouve ces gestes non seulement extrêmement dérangeants mais aussi insultants. J’ai ressorti dans ce texte mes quatre « pet peeves ».

Warning!! Juste en parler me met hors de moi alors ce blogue peut contenir du langage offensant!
1-      Tailgating
Je l’ai déjà dit et je l’assume à 100%, je suis un cas de rage au volant assez fort merci! Je déteste les gens qui conduisent mal et surtout ceux qui conduisent dangereusement. Tu veux mettre ta vie en danger? Fine! Mais que je te voie mettre celle des autres en danger du même coup! Je ne me considère pas comme étant une « têteuse de pave », loin de là. J’ai par contre une limite de vitesse que je m’impose et que je respecte lorsque je voyage en voiture. Je n’irai normalement jamais plus vite que 25 km au-dessus de la vitesse permise, en général je bloque même à 20. On s’entend donc pour dire que lorsque je suis sur la highway, je roule quand même assez rapidement. Si quelqu’un veut rouler plus vite, tant mieux (ou tant pis) pour eux mais pour l’amour du ciel que je vous voie me coller au cul!!!

Honnêtement, si je n’avais pas autant besoin de ma voiture sur une base quotidienne et que je ne tenais pas autant à ma santé physique, je répondrais à ce genre de geste de cave en sacrant les brakes sans avertissement, BAM!!! Je suis désolée que tu sois vraiment pressé ou en retard, mais ça c’est ton osti de problème pas le mien! Tu n’avais qu’à partir plus tôt comme n’importe quelle autre personne avec un minimum de bon sens le fait. ARGH!!! Juste à y penser je m’enrage!!!
2-      Ces gens qui bloquent le passage
C’est un peu ironique que ça vienne de moi comme je suis membre bénévole de la Licum et qu’on a longtemps été reconnus comme une gang de bloqueux de porte, mais maudit ça me tanne le monde qui prenne toute la place dans un corridor en marchant trop lentement ou en étant juste planter au milieu de la place. TASSEZ-VOUS!! Wayons dont!!! Je suis contre le tailgating en voiture, donc vous pouvez vous imaginez que je ne tailgate pas le monde. Ben ça s’applique aussi quand je suis à pied. Laissez le monde vaquer à leurs occupations en se rendant où bon leur semble et mettez-vous en retrait si vous devez prendre quelques minutes pour discuter de vos plans où juste jaser avec quelqu’un que vous avez croisé. Les centres d’achat sont les pires endroits pour observer ce genre de comportement et ça m’enraaaaage!!
3-      Condescendance
Le monde qui se pense meilleur que tout le monde parce qu’ils pensent faire partie d’une « élite » quelconque. Mangez ma marde! (Woh… That escalated quickly) Chissé tu penses que t’es pour me dire que je parle mal? Que je l’ai facile? Que je n’essaye pas assez? Que je suis de moindre importance à cause de mon sexe? De mon âge? De mes habitudes de vie? De ma provenance? De mon niveau d’éducation? AAAARRRRRRGGGGGHHHHH!!!!! En plus ces tabarnak là sont faciles à spotter lorsqu’ils écrivent ou qu’ils parlent. Ben oui, on va souvent voir ces mots inscrits profondément dans leur vocabulaire : « Je n’ai rien contre __________, mais… » Il n’y a jamais rien de bon qui est sorti après ces lignes alors tout le monde devrait développer le réflexe d’arrêter d’écouter ou de lire dès que ces mots apparaissent.

Tant et aussi longtemps que des gens continueront à se sentir supérieur aux autres, peu importe la god damn raison, notre société va rester stuck dans la tombe qu’elle se creuse elle-même. Ça me dépasse. Je ne comprends juste pas pourquoi ces gens peuvent croire que leurs paroles ont plus de valeur que celles des autres. L’acceptance n’est plus une option. C’est une nécessité!
4-      Manger la bouche ouverte
Le dernier point que je veux développer se résume aux bonnes manières à table. Ça me GROSS OUT quand quelqu’un mange la bouche grande ouverte! J’y pense et le cœur me lève. Je ne peux juste pas… Yark yark yark!!! Un peu de savoir-vivre svp. Je comprends si vous êtes enrhumés et congestionné, ça peut arriver. Mais si c’est le cas, il y a des façons de le faire pour que ce soit subtil et non-dérageant. Le visuel, le son… TOUT! Tout about ce geste est dégoutant! De la même façon, parler la bouche pleine entre aussi dans cette catégorie. Je dois admettre que je suis coupable de le faire de temps en temps, mais lorsque ça arrive j’essaie autant que possible de cacher ma bouche avec ma main ou mon bras. Je sais qu’il ne s’agit que de nourritures mâchés mélanger à de la salive mais…. OMG juste ces mots m’ont fait gager… Nope… Nope nope nope!!
Alright!!! C’est assez… Écrire ce blogue était presque défoulant haha! Vous êtes en accord ou pas du tout avec ceci? Ben laissez-moi savoir dans les commentaires. Du même coup, vous pouvez partager ce que sont VOS pet peeves.

À la prochaine!
Shotgun Godin

Sunday, 21 February 2016

Turner, du patin et encore du patin...

Je laisse derrière moi l’une des fins de semaine les plus active que j’ai ever vécu. J’étais très occupée mais j’ai apprécié chaque moment que j’ai vécu. Comme mentionné dans l’article de blogue de vendredi, je commençais fort avec le gym et un concert live au Tide n Boar. La journée de samedi m’a permis de me ramener de ma semaine de fou avant de me relancer en soirée avec du patinage à Cap-Pelé. Enfin mon dimanche a été occupé avec le gym et un retour à l’aréna mais cette fois à Bouctouche.

Je déteste quand ce feeling me prend mais je ne pouvais m’empêcher de ne pas vouloir sortir vendredi soir. J’étais fatiguée, je craignais que ça allait se terminer très tard et je feelais pour être sociale alors qu’il y avait des gens chez moi. Je me suis finalement kicker le derrière et suis partie pour le Tide n Boar bien après l’ouverture des portes. Je m’attendais à avoir manqué une partie du opening act mais non. Je suis arrivée quelques minutes seulement avant que Northcote prenne la scène. J’aime avoir la chance de découvrir des artistes lors de concert mais je dois admettre que celui-ci m’a laissé sur ma faim. Il n’était pas mauvais, je ne peux juste pas m’enlever de la tête qu’il était sûrement sous l’influence de quelque chose ce qui, avouons-le, ne serait pas nécessairement surprenant. Il paraissait trop nerveux à mon goût pour que ce ne soit que du trac, mais peut-être que je me trompe. Il a quand même eu de bons moments et ses chansons étaient assez entrainantes pour me mettre dans la mood.
S’il y a quelque chose que j’aime dans un live show c’est quand les artistes interagissent avec la foule. L’avantage d’être dans une plus petite venue est justement qu’il est plus facile pour l’artiste de connecter avec son public. Frank n’y a certainement pas manqué! Dès qu’il est monté sur scène, il s’est mis à nous raconter des jokes et des anecdotes pour accompagner ses chansons. Il était tellement grippé et malgré tout il a donné une incroyable performance. Ça me fait vraiment regretter de ne pas avoir été assez en forme pour profiter de son spectacle à Riot Fest. Le highlight de la soirée est clairement la liste de NB facts qu’il nous a énuméré tout en commentant et le légendaire air harmonica qui nous a valu de grandes éloges. Notre façon d’embarquer sans hésitation dans tout ce qu’il proposait l’a vraiment étonné et il n’avait que des éloges à faire par rapport aux habitants des Maritimes. Il a continué sa tournée à Fredericton le lendemain avec deux shows et entre ceux-ci, il a été se faire faire un New Brunswick tattoo!! Ça fait drôle de savoir que j’ai participé à tout ça! Il a mentionné à plusieurs reprises qu’il reviendrait dans les Maritimes et je ne manquerai pas d’assister à son spectacle à nouveau!
Ceci met fin à mon vendredi soir. Mon samedi a été plutôt relax comme mes jambes étaient mortes dû au gym et au show. J’ai dormi pour une importante partie de la journée et ça m’a permis d’être en top shape pour le patinage en soirée. Nous nous sommes mis une gang ensemble pour louer la glace à l’aréna de Cap-Pelé. Alors qu’une moitié a été laissé libre pour les personnes moins à l’aise sur des patins (des gens comme moi), de l’autre côté les gars se sont lancés une chaude lutte en jouant au hockey. J’ai fait des expériences avec mes patins pour les rendre plus confortable et me rendre plus stable et j’étais surprise de voir que ça a marché! J’étais beaucoup plus à l’aise qu’à ma dernière tentative et j’ai pris beaucoup d’assurance. J’ai l’intention de continuer à patiner à quelques reprises d’ici la fin de l’hiver. On a fini la soirée dans deux différentes maisons, à la première où on a jasé et bu du bon chocolat chaud maison (merci Elyse!!) et à la deuxième où on s’est perdu à watcher des silly YouTube videos jusqu’à ce que j’arrive chez moi à 4h du matin.
Parlant de YouTube, vous remarquerez que je n’ai aucune photo de ces événements, parce que je ne me serais jamais fait confiance avec mon téléphone sur la glace, mais Isabel s’est risquée avec sa caméra vidéo et a du awesome footage pour un vlog. Gardez un œil sur leur YouTube channel, Mind Linked, pour une vidéo de cette aventure et prenez la peine d’aller voir leurs autres vidéos qui sont tout aussi bons! https://www.youtube.com/channel/UCVeNG5GrTrXGHwGr43iLIRw
Enfin, mon dimanche était un peu moins mouvementé mais tout de même agréable. Je suis retournée au gym parce que ça suffit payer un abonnement mensuel pour rien! Pi… you know… parce que c’est bon pour moi and stuff! Puis je me suis mise en mode travail car je m’en allais assister au match des séries éliminatoires des JCs de Bouctouche contre l’équipe d’Elsipogtog. Notre organisme y avait un kiosque et nous avons eu la chance d’y rencontrer des gens qu’on aurait plus de difficulté à atteindre par des méthodes plus classiques. La soirée était très agréable. J’ai toujours adoré l’ambiance dans les aréna et donc c’était du travail facile! En fait, ça fini vraiment bien le weekend et commence très bien la semaine à venir.

Je commence à reprendre le dessus sur mon horaire tranquillement pas vite. On va espérer que je pourrai continuer sur cette lancée. TTYL!!

Shotgun Godin

Friday, 19 February 2016

Développer l'autonomie

AVERTISSEMENT!!! Vous vous apprétez à lire un long blogpost rempli d'introspection et quelque peu répétitif avec ce qui a déjà été écrit dans le passé sur ce même blogue. Je voulais quand même mettre le tout à l'écrit...



J’ai mentionné rapidement dans mon post pré-départ pour Montréal comment j’étais fière et excitée à l’idée de partir seule en vacances. Ceux qui me suivent sur Twitter le savent encore plus. Faire des choses seules n’a jamais vraiment été un réflexe pour moi, alors il s’agit quand même de grands changements dans ma personne.
ALL BY MYSELF!!!
Depuis que je suis à l’école secondaire, je suis une personne qui a besoin de sortir régulièrement même si ce n’est qu’une tournée en ville, un film, un match de hockey interscolaire ou une soirée au bowling. Mes amies avaient tous ce même genre de personnalité donc c’était très facile pour moi de me trouver des gens pour m’accompagner. Arrivée à l’université, j’ai commencé tranquillement à perdre de vue mes amis de la PLM mais mon nouveau cercle social avait le même réflexe. Aujourd’hui, mes semaines sont remplies par mon emploi (heures régulières et overtime), l’impro, le cinéma, le gym (who am I kidding… j’y va pratiquement jamais) et toutes les autres sorties… Et je dors quand là-dedans? Haha ha aahhh aawww *pleure en position fœtale* Toutes ces choses, je les faisais, et les fais encore aujourd’hui en groupe.

Mon réflexe a toujours été de demandé aux autres s’ils sont intéressés à m’accompagner quelque part, jamais de le faire tout simplement par moi-même. C’est peut-être mon côté organisatrice qui ressort. Ou j’ai peut-être peur qu’on me reproche de ne pas avoir pensé à quelqu’un avant d’aller shopper ou whatever. C’est un peu des deux sûrement. Il y a aussi un tout autre élément qui entre en jeu et c’est la perception que j’avais de moi-même. Dans les dernières années, j’étais tellement peu à l’aise avec ma personne que je préférais être entourée de gens plutôt que de devoir m’endurer moi et mon attitude pessimiste et négative. Je ne me voyais pas comme quelqu’un qui avait une valeur par elle-même. Je me percevais comme un add-on item, ni plus ni moins. Pas la peine de chercher d’où me venait ma grande insécurité.
La volonté de ne « jamais » être seule a commencé à changer cet été. Je suis allée à la plage un certain 1er juillet avec un groupe d’amis et j’ai eu une épiphanie. Quand je suis dans un contexte comme celui-ci, plus rien n’existe. Je suis simplement bien! La plage, la mer, nager, l’air salin, le soleil sur ma peau. Who cares qui est avec moi! Je veux simplement profiter du moment avec moi, POUR moi! Pourquoi je ne peux donc pas penser de cette façon ailleurs ou en d’autres moments? Et là ça m’a vraiment frappé… Pourquoi?!?!?! J’ai lancé plusieurs invitations aux gens pour qu’ils m’accompagnent à la plage de juillet à septembre et plusieurs ont répondu. La différence c’est que je leur offrais pour eux, pour qu’ils puissent profiter de la plage aussi. S’ils avaient décidé de ne pas venir, j’y serais probablement allé quand même. Le processus était différent : Je décidais que je voulais aller à la plage et offrait à des gens de m’accompagner. Avant j’aurais demandé aux gens de venir avec moi et j’aurais décidé d’y aller s’il y avait assez d’intérêt.

La plage n’est pas la seule chose qui m’allume. La musique me transporte tout autant. En juillet dernier je suis allée à PEI pour voir Dallas Green en show à Charlottetown. J’ai décidé d’y aller seule surtout parce que c’était plus simple. De cette façon je pouvais dormir chez mon parrain sans trop déranger comparativement à si nous avions été 4 ou 5 personnes. J’ai passé pratiquement toute ma journée avec eux jusqu’au début du spectacle. J’étais seule dans une petite foule et je dois admettre que ça m’a plu. Ensuite, durant Riot Fest, j’ai annoncé haut et fort à mes accompagnateurs que j’allais aller voir certaines représentations qu’ils m’accompagnent ou non. Je me suis donc retrouvée perdue dans une foule monstre à écouter Weezer et le début du show d’Alexisonfire (jusqu’à ce qu’on me sorte du mosh pit) et j’ai aussi écouté une partie de Frank Turner par moi-même. C’était presque libérateur de me retrouver parmi des milliers d’étrangers. J’étais invisible mais pourtant je ne me suis jamais autant sentie présente et vivante.
Throwback... Friday?... (Well j'ai écrit ceci hier donc #TBT marche)
Ces expériences m’ont prouvé qu’il est possible pour moi de profiter de bons moments en étant complètement seule. Malgré tout, j’ai quand même GRANDEMENT hésité avant de me lancer dans une troisième aventure seule pour aller voir les Canadiens et Muse à Montréal. J'ai décidé d'arrêter de tourner autour du pot et je me suis lancée la tête première. Encore une fois, le sentiment d’accomplissement qui a accompagné ces sorties était tellement worth it!!! Je ne ressens plus d’hésitation maintenant. Je veux faire quelque chose, je le fais! Souvent je vais quand même voir si des gens souhaitent partager le moment avec moi, mais je n’attendrai plus vitam eternam pour leur réponse.
Dans le métro en route pour le best show ever!!!!
J’écris ceci car je m’en vais à un autre concert ce soir. Encore une fois seule. J’ignore s’il y aura quelqu’un que je connais au show de Frank Turner et pour être honnête, je m’en fous complètement! J’y vais seule et je vais m’enjoyer comme une folle! Je n’ai même jamais eu d’hésitation pour ce concert. Ça aide sûrement que j'ai présumé que la majorité de mes amis ne le connaissaient pas du tout et en plus que c’est à Moncton. La même chose s’est produite avec l’annonce du concert de City and Colour à Moncton en juillet. Aucune hésitation, j’ai mon billet et si d’autres personnes veulent venir, qu’il se procure un billet de leur côté. On pourra y aller ensemble comme il n’y a pas de siège, sauf que moi je vais être direct en avant héhé! Enfin, je sais que je vais à la CUI encore cette année. Beaucoup de monde hésite et s’il faut que j’y aille seule, well so be it!
Il la casse la glace lui avec son premier Canadian Tour!
Je veux continuer sur cette lancée. Je veux passer encore plus de temps à faire les choses que j’aime, seule ou non! C’est sûr qu’il ne s’agit encore que de plus « grands » événements. Maintenant il faut que j’apprenne à appliquer cette façon de penser aux autres parties de ma vie. Aller au cinéma par moi-même. Au restaurant. Au parc. Au Staples…CALISSE!! Au Chapters*** (What is wrong with me!??!!) Une step à la fois. Je suis de plus en plus à l’aise avec qui je suis et je sens que ça va venir. Je suis une personne à part entière, pas juste un add-on!!!


Qu’on se le dise : Shotgun Godin a une valeur. Qu’elle soit seule ou avec d’autres gens!

Friday, 12 February 2016

Je ne suis pas une personne violente, sauf que...

Avec tous les manques de respect que je vois depuis quelques jours sur les médias sociaux, j’en suis venue à me rendre compte que les gens vivaient beaucoup de frustration, moi y compris. J’ai donc décidé de rediriger cette énergie négative en un post plus léger et, je l’espère, plus drôle. Je vais vous parler de mes quelques « fantasmes de violence ».*

*Terme inventé par moi-même décrivant des gestes que j’aimerais avoir le courage de poser quand l’opportunité se présente mais que je n’ose pas poser car je suis « presque » une bonne personne.

1-      Pour un moment de pure incontrôlable colère…
Je RÊVE de pouvoir un jour être tellement hors de moi que la seule solution possible pour me ramener est de flipper une god damn table! MMMMMmmmmmmmm….!!!! Ça doit tellement être satisfaisant! Et le plus elle est recouverte de paperasse et d’objets, le plus awesome que ça doit être. Je ne sais vraiment pas ce qui va un jour me frustrer suffisamment pour que je passe à l’acte, mais je peux dire que je me garde cette réaction pour quelque chose de fort. Pourquoi? Ben c’est simple. Je veux que ce soit une frustration si profonde que  je veux que le geste vienne comme un automatisme mais aussi parce que je sais que flipper la table va tellement me rendre heureuse qu’une frustration qui me semblait insurmontable sera subitement oubliée.
Imaginer comment libérateur ça doit être!!! J’ai déjà pensé le planifier à l’avance juste pour l’essayer but it beats the purpose. Tu ne peux pas stager ce genre d’intensité. Il faut que ça vienne des tripes... Un jour!!!

2-      Pour les gens qui y vont trop loin et m’insultent carrément…
Je déjà été insultée dans le passé par certaines personnes. Par contre, je ne l’ai jamais été au point de devenir extrêmement violente. J’ai slappé des gens en joke mais ça n’a rien à voir avec ce que je décris ici. Imaginez quelqu’un qui vous insulte et c’est tellement personnel que s’en est presque intime. Vous êtes face à face et cette personne lance une véritable bombe qui vient vous chercher direct dans les feels. Vous perdez contrôle, votre main s’élance et SMACK! Vos empreintes digitales se retrouvent imprimées dans la joue de cette personne. C’est rough sur les deux parties mais mon dieu que ce doit être satisfaisant!
Dans d’autres circonstances, plus spécifiquement alors que ce genre d’insulte me serait lancé à un restaurant ou durant un repas quelconque, la slap peut être remplacée par un le bon vieux verre d’eau (ou autre liquide) en pleine face. Y’a de quoi de super satisfaisant par cette idée. Je peux juste imaginer comment déplaisant ça peut être pour l’arroser tout en restant sans effort pour l’arroseur et en évitant des douleurs inutiles aux poignets et à la main.
Ou enncore mieux, faire les deux!!!
3-      Pour les mauvais conducteurs…
Je suis un cas assez flagrant de rage au volant. J’ai une intolérance presque inimaginable envers les gens qui ne savent pas conduire de service. Il semblera donc naturel à ceux qui me connaissent bien que j’ai une place toute spéciale dans ma twisted mind pour faire souffrir les pires conducteurs. Tout le monde va, un jour ou l’autre, manqué d’attention à la roue. Ce ne sont pas ces gestes que je condamne. C’est les maudits baveux qui se pensent indestructible et qui mettent en danger la vie de tout le monde qu’ils rencontrent qui m’énervent! Des fois, j’ai juste envie de les suivre jusqu’à leur destination et laisser ma clé embrasser le métal de la carrosserie de leur voiture d’un bout à l’autre du véhicule. Ça me ferait grincer des dents mais ça en vaudrait tellement la peine!
Oups.. Je l'ai pas fait exrpès... je le jure!
Je suis certaine que je ne suis pas la seule qui aimerait pouvoir poser de tels gestes. Si ça vous dit, laissez-moi un commentaire expliquant ce qu'est votre "fantasme de violence".

Friday, 5 February 2016

Les élitistes me rendent right pas fière d'être francophone!

Les Jeux de la Francophonie auront lieu à Moncton/Dieppe en 2017 et l’image de marque de l’événement a été présentée hier non sans controverse. Le slogan choisi PAR et POUR les jeunes : « Right Fiers » a fait grincer les dents de plusieurs personnes et je dois avouer que je faisais partie du lot au tout début. J’ai rapidement changé mon fusil d’épaule.

Je comprends les gens qui expriment leur réticence. On parle bel et bien des Jeux de la FRANCOPHONIE et donc il peut paraître boiteux d’utiliser un terme anglais dans notre slogan. Par contre, le comité organisateur avait aussi pour mandat de représenter la région hôtesse avec son image de marque. Prétendre que la région du sud-est du N-B s’exprime dans un français standard en toute circonstance serait se mentir en pleine face. Le franglais ou le chiac ne sont que des formes d’expression qui ajoute de la couleur dans notre belle langue. La décision était gutsy et je trouve bien que les jeunes aient accepté d’ouvrir le débat sur notre parler régional.

Maintenant, je respecte les opinions de tous et JE COMPRENDS que les gens soient mécontents. Oui ce ne sont pas tous les résidents de Moncton/Dieppe qui parle de même! Oui ça ne représente pas une francophonie parfaite (encore une fois, on n’est loin d’avoir un parler parfait). Mais pour l’amour CALMEZ-VOUS!! Le nombre de commentaires dégradants et d’insultes qui ont été envoyé vers la jeunesse du sud-est sont bien trop nombreux et oh combien épeurant. J’aimerais vous partager une expérience personnelle qui explique pourquoi j’ai eu tant de difficulté à devenir bilingue.
Mon français est fort! Je suis originaire de la Péninsule Acadienne alors j’étais dans un bon environnement pour développer cette force et fierté. Mon anglais, jusqu’à quelques années passées étaient TRÈS pauvre. Je n’avais jamais l’occasion de le pratiquer. Je suis arrivée à Moncton et voilà que des francophones me pointaient du doigt. Les discours que j’ai entendu : « Tu te prends pour qui, parler comme si t’étais dans une entrevue all the time! », « My god ton accent quand tu parles en anglais… C’est ben drôle! » Je me suis fait juger pour
1-      Parler trop bien le français et;
2-      Ne pas être capable de m’exprimer efficacement en anglais.
Le pire dans tout ça, c’est que dans les deux cas ce sont des francophones qui se moquaient de moi! J’étais terrifiée à l’idée de parler en anglais avec des anglophones de peur qu’ils se moquent encore plus. Vous savez quoi? Jamais… JAMAIS! Un anglophone ne s’est moqué de mon anglais cassé. Ils me comprenaient et c’était tout ce qui comptait. Ma crainte me venait du fait que les Francophones ont tendance à juger TOUT LE MONDE, TOUT LE TEMPS!! Et après on se demande pourquoi notre jeunesse décide d'abandonner le français pour l'anglais!

RÉVEILLEZ-VOUS!!! Vous n’êtes pas meilleur que personne parce que vous vous exprimer en français standard ou littéraire. Vous êtes même PIRE que tout le monde parce que vous êtes en train de juger les autres. Vous avez juste l’air de petits êtres prétentieux qui se prennent pour le nombril du monde. ÇA VA FAIRE! La francophonie est vivante, elle évolue, elle change, elle s’adapte aux gens, aux contextes et à la réalité du milieu où elle évolue. Tous les français parlés sont beaux! Si vous n’êtes pas capable de voir cela et de l’apprécier à sa juste valeur, ben vous me faites pitié! Restez donc caché dans votre tour d’ivoire et épargnez-nous vos commentaires stupides, enfantins et arriérés!
Restez-là bande d'idiots et laissez-nous vivre en paix!
Le français, peu importe comment on le parle, j’en suis fière! J’en suis right fière! Ju proud!

Merci! Bonsoir!
Shotgun Godin

Follow by Email