Monday, 30 May 2016

Les plus beaux feux d'artifice!

J’ai mentionné à plusieurs reprises déjà que j’aime la nature et que celle-ci m’inspire et m’influence. J’en ai d’ailleurs parlé dans mon dernier blogpost vendredi dernier. Dans cet article-ci, je vais plutôt m’arrêter sur le phénomène météorologique que je préfère : Les orages électriques!
... Quelque part au NB
Je peux comprendre pourquoi certaine personne ont peur des éclairs ou du tonnerre. Ça n’a jamais été le cas pour moi! J’ai été témoin de plusieurs orages dans ma vie, aussi courte soit-elle, et qu’ils soient au loin en Gaspésie ou directement au-dessus de nos têtes, je les ai tous grandement appréciés! Depuis que je suis toute petite, je ne peux m’en empêcher, quand le tonnerre gronde je me plante dans la fenêtre à la recherche des éclairs qui viendront fendre le ciel en deux. Ce phénomène est tellement impressionnant et il nous rappelle à quel point la nature est puissante et peu prévisible.
Tout près d'Halifax
Honnêtement, je considère les éclairs comme l’un des plus beaux phénomènes naturels qu'il nous est donné d'observer sur Terre. C’est absolument majestueux et le fait que c’est aussi éphémère rend le tout encore plus unique et spécial. Il n’y a rien qui s’y compare. L’être humain tente de reproduire cette force naturelle avec des feux d’artifices mais vraiment, aussi calculé et intéressant peuvent-ils être, le résultat n’est jamais aussi spectaculaire. Cet article est rempli d’images qui ont été prises dans les Maritimes et bien qu’elles soient très belles, elles ne peuvent transmettre la pleine expérience. La lumière qui vient nous aveugler sans avertissement, le son de la pluie et le tonnerre qui suit l’apparition. Faire le décompte pour savoir à quel distance est tombé la foudre fait aussi parti intégrale de l’expérience. 
Moncton <3
Pour ceux qui se le demandent, oui j’ai vécu des orages très violents et même trop près d’où je me trouvais. Je n’ai jamais pourtant perdu mon intérêt pour ceux-ci. À quel point c'était proche? Et si je vous disais qu’un éclair est tombé sur notre chalet au beau milieu de la nuit. Le bruit était tellement fort qu'il m'a réveillé en sursaut, je me suis assomée sur le plafond (dormir dans des bunk bed peut avoir des désavantages!) et j’ai entendu une espèce de bourdonnement aigu toute la journée qui a suivi. Nous savions que c’était tombé près de chez nous mais ce n’est que quelques années plus tard qu’on a réalisé à quel point. Nous avions une vieille et très haute antenne rattachée à la bâtisse que nous avons dû retirer lorsqu’on a refait la fondation du chalet. Alors que mon père la préparait, il s’est rendu compte que l’intérieur du fil connecté à l’antenne était entièrement fondu. Disons que cette découverte a clarifié bien des choses!
Fredericton
Avec l’été chaud qu’on nous annonce, j’espère avoir la chance de profiter de ces spectacles qui heureusement sont gratuits et ne demandent que peu d’effort pour être appréciés! Et vous? Vous aimez ou vous vous en passeriez?

Shotgun Godin

Friday, 27 May 2016

Le pouvoir de la météo

Un des nombreux clichés entourant les Canadiens est notre obsession pour la météorologie. Juste pour faire exprès, il s’agit encore une fois d’un cliché auquel j’adhère fortement. Avec le Tim Hortons, le hockey et ma façon de m’excuser sans arrêt pour aucune raison, je commence à croire que je pourrais devenir la mascotte du pays ou de quoi…
Les conditions ne font pas vraiment de différence, ça me passionne pareil!
Ceci étant dit, ma passion pour la météo me vient de mon père. Notre chalet situé sur le bord de la Baie des Chaleurs nous a toujours offert une vue imprenable sur la Gaspésie mais aussi sur tous les phénomènes météorologiques qui s’y déroulent. On trippait sur regarder les étoiles (comme je l’ai expliqué ici : La tradition des perseides) donc regarder les nuages étaient évidemment la suite logique des choses. J’ai appris à reconnaître lorsque des grands vents approchaient et surtout lorsque des orages se préparaient. Tout cela me passionne, mais j’en parlerai un peu plus dans mon prochain blogue.
Non mais... Quelle vue pareil!
Aujourd’hui, je veux m’attarder sur un aspect un peu plus étrange de la météo et c’est son influence sur mon humeur générale. La majorité des gens vont être de meilleure humeur lorsque le soleil est au rendez-vous et peut-être plus endormi lorsqu’il pleut. Dans mon cas, il faudrait pratiquement multiplier ce phénomène par 1000 pour avoir un semblant d’aperçu de l’effet que ça peut avoir. Ce n’est pas juste des idées que je me fais. Ce phénomène, je l’observe de façon quotidienne. Pour être honnête, ça me freak out un peu!

-          Alors que j’écris ces lignes, il pleut dehors. Le ciel est couvert et le temps est gris. Je dois, par conséquent, me battre avec moi-même pour garder les yeux ouverts et trouver la motivation de continuer mes tâches. Pas de meilleur temps pour prendre une sieste que lorsqu’il pleut. Cette réalité s’applique aussi en partie à l’hiver. La différence la plus marquante c’est que le ciel est plus clair lorsqu'il neige que lorsqu'il pleut et donc la fatigue et le désintérêt est moins prononcé.
-          La fin de semaine dernière, on nous annonçait du gros soleil et des températures chaudes. Je ne tenais plus en place. J’étais souriante, je ricanais plus qu’à l’habitude, je dansais même lorsqu’aucune musique ne jouait… Et tout ça au bureau devant mes collègues! J,ai eu droit à plusieurs questions et regards de travers!
-          Lorsqu’il y a de l’électricité dans l’air, je ne tiens absolument plus en place! J’adore les orages et il me remplisse d’énergie. La différence, c’est qu’au lieu de me rendre joyeuse, les orages affectent mon humeur présente en la multipliant. Si par malheur je suis de mauvaise humeur, je vais faire les cent pas en marmonnant et personne ne devrait se mettre sur mon chemin. Si je suis triste, je peux me retrouver à pleurer sans raisons. Si je suis de bonne humeur, je redeviens une petite fille qui attend un cadeau : Excitation extrême!! Le fait que j'aime les orages aident cependant à ce que la troisième option listée est celle qui va souvent être visible. Le reste se passe surtout dans ma tête.
Je n’aime pas savoir que des sources externes ont un si gros impact sur ma façon d’être et d’agir. J’aimerais avoir un meilleur contrôle sur ma personne mais c’est plus fort que moi. La météo m’affecte comme certaines personnes ont aussi une grande influence sur mes états d’âme. J’imagine que ça fait partie de la vie d’une personne impulsive et frivole.

On va espérer que l’été sera beau et chaud pour que je puisse garder mon optimisme!
Shotgun Godin

Monday, 23 May 2016

Encore des livres!

The Scarlet Letter – Manga Classics
Bon ben… Je ne peux officiellement pas me retenir. Au moins, je me console en me disant qu’il ne me reste plus que deux bouquins à me procurer: Emma et Pride and Prejudice. Je ne connaissais rien de l’histoire du roman original alors je me suis lancée dans le vide lorsque j’ai commencé à lire ce livre. Je fus très surprise par la sévérité et la tristesse de cette histoire. L’une des choses que j’ai le plus apprécié de l’adaptation de ce récit sous la forme de manga est l’absence de couleur sur tout SAUF la lettre A que porte Hester Prynne pour rendre son péché visible. Comme les autres Manga Classics, j’ai dévoré le livre! Encore une fois, ça m’a donné le goût de lire la source originale.
Howl’s Moving Castle
Après Princess Mononoke, Howl’s Moving Castle est mon Miyazaki préféré. Il va donc de soi que j’ai pris la peine de lire (et dans ce cas-ci RElire donc le livre que j'ai au moins lu une fois dans mon projet de lecture) le livre duquel Hayao s’est inspire pour créer le film. Alors que le film se déroule sur un fond de guerre entre différents territoires, l’histoire originale elle se déroule dans un monde où une menace de guerre existe mais sans plus. Les personnages sont quelque peu différents mais je ne m’en plains pas du tout. Michael est plus âgé, Sophie a deux sœurs au lieu d’une seule, la sorcière The Witch of the Waste est pas mal plus impressionnante et imposante dans le livre et Howl… Il semble tout aussi exaspérant dans un médium comme dans l’autre. J’aime de plus en plus découvrir le livre après le film plutôt que l’inverse. L’effet est tellement différent. Au lieu de critique du genre : « Ils ont oublié ce détail essentiel! » je découvre des détails laissés de côté et ça rend l’expérience beaucoup plus positive.

Du coup, j’ai découvert que l’univers de Howl n’arrête pas à la fin de ce livre. En effet, deux autres romans ont été écrits dans le même univers. Castle in the Air est une histoire à part avec un rôle mineur pour mon sorcier préféré alors que House of Many Ways est une suite directe. Je me les suis procuré aussitôt que j’ai su et je les lierai dans un futur rapproché.
The Secret Loves of Geek Girls
Awesome cadeau de fête qui m’a été offert par Nathalie, Secret Loves of Geek Girls est un recueil de témoignages par toutes sortes de personnalités publiques qui se reconnaissent en tant que geek. Lire ces histoires était absolument plaisant! Je me suis reconnue dans plusieurs d’entre elles, tout particulièrement dans « I’m your biggest fan ». Des mentions de Benedict Cumberbatch, être star struck face à ton idol… J’aurais pu écrire cette histoire moi-même! Ce livre sera celui qui m'a été recommandé par une amie pour mon projet de lecture de 2016.
The Avatar comic series (The Promise, The Rift, The Search, Smoke and Shadow)
J’adore la télésérie Avatar: The Last Airbender! J’ai aussi beaucoup aimé la série qui a suivi celle-ci : Legend of Korra. Même si je me suis rapidement attachée aux nouveaux personnages de la seconde série, je n’arrivais pas à oublier le groupe original. Je voulais en savoir plus sur leurs aventures une fois que Aang eu battu Fire Lord Ozai. Je veux juste mentionné aussi comment j’aime les noms des personnages! Sont juste badass!! Anyway, le point est que ces séries de bandes dessinées reprennent l’histoire où la télésérie l’a laissé et permettent aux fans d’en savoir plus sur les événements qui ont mené à l’univers dans lequel Korra évolue.
-          The Promise
Cette première série reprend l’histoire là où on l’a laissé. Zuko est maintenant le nouveau Fire Lord et tente de réparer les dommages causés par ses prédécesseurs en retirant les colonies de la Fire Nation du territoire de la Earth Nation. Craignant ne pouvoir résister au pouvoir comme son père et son grand-père l’ont fait avant lui, Zuko force Aang à lui faire une promesse : S’il s’éloigne de la bonne voie, Aang ne doit pas hésiter une seconde pour l’arrêter, même si cela signifie de l’achever. Alors qu’il ne reste plus qu’une colonie à être retirer, un conflit éclate entre les autorités des deux territoires.
-          The Search
Suite aux événements de The Promise, Zuko décide qu’il est temps de savoir ce qui est arrivé à sa mère il y a de cela si longtemps. Reconnaissant qu’une seule personne sera en mesure de gagné la confiance d’Ozai pour obtenir l’information qu’il recherche, il devra faire équipe avec sa sœur, Azula. Afin de garder contrôle sur celle-ci qui, disons les choses comme elles sont, est plus qu’instable, il demande l’aide d’Aang, Katara et Sokka. Le groupe part donc à la recherche d’Ursa et mettrons enfin de la lumière sur les raisons pourquoi Ozai a toujours démontré plus d’intérêt envers Azula qu’envers son premier né.
-          The Rift
Cette histoire s’éloigne de Zuko pour offrir plus de focus à Toph et aux Air Acolytes. Aang décide que puisque la paix est de retour sur le monde, il est temps de rendre hommage à ses racines et assurer une relève aux traditions des Air Nomads. Lorsqu’il arrive en sol sacré pour découvrir que ceux-ci ont été détruits pour faire place à une usine, il devra mettre de côté ses origines pour pouvoir éviter qu’une guerre éclate entre les humains et le monde spirituel.
-          Smoke and Shadow
De retour dans la Fire Nation, Zuko ramène avec lui sa mère et sa famille. Pendant son absence, un groupe de militant pro-Ozai s’est formé et cherche à ce qu’il redonne le pouvoir à son père. Un des membres de cette assemblée est le père de Mai, l’ex de Zuko et celle-ci compte bien en connaître davantage sur leur plan afin de les arrêter. Voilà par contre que des esprits s’en mêlent et kidnappent les enfants de la capitale ce qui ne fait que créer de plus en plus de frustration contre le nouveau Fire Lord. Je ne me suis pas encore procuré le 3e volume de cette série donc je n'en connais pas encore le dénouement. Ça ne saurait tarder!
Et voilà donc pour cette fois-ci les livres que j'ai lu. Deux seuls s'ajoutent à ma liste de projet de lecture comme je l'ai mentionné plus haut. Il me reste encore pas mal de bouquin en ma possession que je dois prendre la peine de commencer dans les semaines à venir. Entre autre, je vous parlerai bientôt de Castle in the Air et House of Many Ways, The Girl Who Saved the King of Sweden, Hitman Anders and the Meaning of It All, Le Voile de la Peur et Les Femmes de la Honte.
Donc à bientôt pour plus de discussions littéraires
Shotgun Godin

Monday, 16 May 2016

Il pleut? Faisons du vin!!

Quand je rends visite à mes parents je suis toujours divisée entre deux volontés. De un, c’est une fin de semaine dans la péninsule acadienne, donc évidemment beaucoup moins chargée en activité sociale. Je me permets donc de relaxer pas mal. De l’autre côté, je veux aussi passer du temps de qualité avec les membres de ma famille comme je ne les vois que très peu souvent. Le véritable problème, c’est qu’on a vraiment peu de choses en commun. Une chance que mon emploi me permet d’avoir des bonnes discussions avec mon père puisque nous sommes tous les deux intéressés à la politique municipale et à la gouvernance locale.

Dans un futur proche, mon père et moi devrions travailler sur la Trans Am afin de la remettre en top shape et que je puisse me promener avec celle-ci cet été. Superbe plan! Bravo nous! Mais voilà que je cédule une visite et il nous annonce de la pluie tout au long de la fin de semaine. Zut! Bon OK… La véritable raison pourquoi je visitais était pour me faire masser et mes parents avaient des plans en soirée le samedi donc ça n’aurait probablement pas eu lieu de toute façon. Alors, on fait quoi dimanche en attendant que la gang débarque à Tracadie? Ben on fait du vin, bien sûr!
Nah!!! Pas comme ça!!
Quoi? Ce n’est pas une activité que vous faites en famille chez vous? Pourtant c’est tellement fun! Non mais sérieusement, préparer notre propre vin est devenu une tradition chez nous. S’en est rendu au point où on n’en fait pas que pour nous mais aussi pour la famille élargie. Donc on s’est lancé, mon père et moi, en ce dimanche avant-midi et on s’est mis à la tâche. Rince les touries, désinfecte, rince, désinfecte, rince et on est prêt pour préparer le mix! Près de 2h30 plus tard, les touries reposent dans la salle de lavage jusqu’à la prochaine étape dans une dizaine de jours.
Oups.. Well ça fait parti des risques du métier!
Non on n’a pas nos propres vignes et non on ne le fait pas à partir de grappes. Nous achetons des kit et au bout d’un mois on a une trentaine de bouteille par set. Cette fois-ci, on en fait 5 batch. Deux Liefbraumilch de qualité complètement différente, j’ai hâte de goûter la différence. Un Riesling, un Merlot et un Vieux Château du Roi. Oui oui! Vous avez bien compté… 150 bouteilles de vin sont en préparation chez nous! Ça demande du temps, de l’équipement et ça coute cher sur le coup mais ça en vaut réellement la peine quand on calcule que ça équivaut aux alentours de 3 à 6 dollars la bouteille (dépendamment de la qualité de l’ensemble sélectionné).
Ça fait des maudites belles bouteilles
Y'en a pas TANT que ça... OK oui y'en a une shitpile!
Le vrai party, la tradition, c’est quand on l’embouteille. Notre cuisine se transforme en véritable manufacture. On a une personne (souvent mon père) qui remplit les bouteilles, une autre personne les cape avec le bouchon de liège, une autre personne applique le couvre bouchon avec de la vapeur, une personne colle l’étiquette et une dernière nettoie les bouteilles finalisées. Évidemment, on n’a pas le choix de faire un (ou deux… ou trois) contrôle de qualité pour chaque tourie! Disons que plus ça va, moins les étiquettes sont droits. Mais who cares? Ça fait partie de la game et c’est bien de pouvoir apprécié le fruit de notre labeur.

Alors je lève mon verre à cette tradition qui nous rapproche!
Shotgun Godin

Friday, 13 May 2016

Parlons de livres

Ça fait longtemps que je n’ai pas fait de mise à jour par rapport aux livres que j’ai lus dans les derniers mois. Le projet dans lequel je me suis lancée en début d’année avance bien et je crois même que je vais dépasser mon objectif d’une quinzaine de livres dans l’année. Voici donc les livres que j’ai lus depuis la dernière fois, le 28 décembre 2015.  http://diaryofashotgun.blogspot.ca/2015/12/plus-de-decouvertes-litteraires.html

Persuasion
J’ai toujours voulu lire du Jane Austen. Pour me forcer à finalement le faire, j’ai décidé de choisir Austen pour mon « À la manière de… » du tournoi de qualification à Moncton. J’ai choisi Persuasion comme première lecture car c’était le plus court des trois livres que Mike avait en sa possession. Une jeune femme s’éprend d’un jeune homme sans titres ni terres et son entourage la persuade que celui-ci ne pourra jamais répondre à ces besoins. Anne brise donc son engagement et Frederick part en mer. Lorsqu’il revient, beaucoup plus haut gradé et avec une belle petite fortune derrière lui, les retrouvailles se déroulent de façon plutôt douloureuse pour Anne qui n’a pu oublier celui qu’elle avait aimé. De son côté Wentworth est plutôt distant et dit même ne presque pas avoir reconnu celle-ci. Est-ce que la flamme saura reprendre entre les deux, ou est-ce que Wentworth tombera sous le charme de Louisa, l’une de ces nombreuses prétendantes.

Ce roman était une excellente introduction au genre et au style de Jane et je l’ai dévoré! Comme je l’ai lu en une seule journée, je peux cocher cette case dans mon projet de lecture. Le personnage d’Anne est très attachant et il est difficile de ne pas lui en vouloir de constamment mettre de l’avant les besoins et désirs des autres au lieu de penser à elle-même. Ça m’a donné le goût et je me suis aussitôt lancé dans le deuxième livre qui m’a préparé pour le tournoi.

Pride & Prejudice
Je suis déjà bien à l’aise avec l’histoire de Pride & Prejudice mais je n’avais jamais pris la peine de lire le livre. Je ne sais pas trop pourquoi j’ai attendu si longtemps pour enfin connaître encore plus de détails sur la famille Bennett et le mystérieux Darcy. Je dois dire que j’ai été agréablement surprise de constater à quel point le film est extrêmement fidèle au livre. Dans la même fin de semaine, j’ai lu le livre en entier, j’ai regardé les films Pride & Prejudice ainsi que Pride & Prejudice & Zombie. Laissez-moi vous dire que j’ai vraiment aimé ma fin de semaine!!
Generals Die in Bed / Canada in Flanders
J’ai eu beaucoup de difficulté à trouver la motivation de recommencer, et cette fois-ci de terminer, ce livre. En fait, je devrais plutôt dire ces deux livres. Le premier : Generals Die in Bed est un journal de soldat canadien durant la Première guerre mondiale. Ces genres d’écrit sont riches en information et en histoire, celui-ci ne fait pas exception. Ça apporte une vision différente des livres de faits qui sont froids et distants par rapport à la réalité que vivait chaque personne présente sur le front. Premier obstacle à ma lecture : ces journaux me rendent tellement émotionnelle. Je l’ai tout de même lu et je suis plutôt impressionné par les accomplissements du jeune homme qui a écrit ces lignes.
Canada in Flanders n’est pas un journal de soldat mais plutôt un rapport TRÈS détaillé de la répartition de nos troupes et des batailles auxquelles nous avons pris part durant la Première guerre mondiale. Quand je dis que le rapport est TRÈS détaillé, je devrais plutôt dire TROP. Je perdais facilement le court de ce que je lisais en me perdant dans les noms des infanteries, des soldats, des généraux ou des lieux qui étaient mentionnés. Ne pas abandonner et continuer ma lecture a été un énorme défi. Je suis par contre fière de l’avoir fait puisque j’ai pu en apprendre d’avantage sur plusieurs de nos héros canadiens qui sont tombés au combat ou non.
Voici pourquoi cette fille n’est pas ta mère (vol. 1 & 2)
Deux livres. Écrit par un Canadien. Un Néo-Brunswickois. Un ami. Justin Guitard se lance dans un autre projet et continue à nous faire feeler comme si nous ne faisons absolument rien de notre vie tellement il a déjà de nombreux accomplissements à son actif. Ses romans, une série de trois livres, relate l’histoire d’un homme qui fait un retour sur ces « conquêtes » jusqu’au jour où il rencontra la mère de son enfant. Bien que la prémisse sonne comme la télésérie How I met your mother, le contenu est différent comme il traite chaque femme que le personnage a rencontrée comme une potentielle mère. Eh oui, même les amourettes d’école primaire.
Les deux livres m’ont fait sourire à plusieurs reprises. J’appréciais tout particulièrement la naïveté du personnage durant son jeune âge. Certaines histoires m’ont rappelé de drôles de souvenirs, donc bravo pour rendre le tout très réaliste. L’évolution du personnage est intéressante et j’ai bien hâte de pouvoir découvrir le dénouement de l’histoire lorsque le troisième volume fera surface à l’automne. Merci encore Justin pour la dédicace, j’espère que mon emploi me permettra d’être enfin présente à l’un de tes lancements.
Les Misérables – Manga Classics

J’ai caver in. Je me suis achetée un autre Manga Classics parce que c’est juste TELLEMENT BON!!!! J’ai hésité entre Pride & Prejudice, Emma et celui-ci, mais je me suis convaincue que trop de Austen, c’est comme pas assez. Raconter l’histoire des Misérables de façon si concise contient plusieurs défis. Plusieurs éléments ont dû être mis de côté mais je crois que c’était quand même des décisions logiques pour le médium. Encore une fois, l’art est super intéressant et les dialogues sont demeuré fidèles à l’œuvre originale ce qui rend ce bouquin unique et très appréciable. 

J’en ai lu un peu plus que les six nommés ci-dessus mais je les garde pour un prochain post. Où est-ce que ça m’emmène avec mon projet de lecture, ben ça donne quand même pas mal de progrès.
Published this year: Voici pourquoi cette fille n'est pas ta mère / Finish in a day: Persuasion / Before I was born: Pride & Prejudice / Previously abandoned: Generals Die in Bed/Canada in Flanders
On se retrouve bientôt avec plus de découvertes littéraires!
Shotgun Godin

Tuesday, 10 May 2016

Gougoune Dorée 2016

Une autre fin de semaine, un autre tournoi d’improvisation, un autre lundi où mon sang est remplacé par de la caféine à l’état pure pour me permettre de fonctionner quasi-normalement, un autre blogpost en retard... J’ai participé à beaucoup de tournoi d’improvisation dans ma vie mais rares sont ceux qui se sont déroulés comme celui-ci. C’était tellement smooth! Incroyable à quel point je suis reconnaissante envers toutes les personnes présentes (officiels, joueurs, entraineurs, organisateurs, bénévoles, etc.) pour votre dynamisme et professionnalisme.
Question de ne pas tomber dans la redondance, je ne répéterai pas le format que j’ai utilisé sur mon blogue pour parler du tournoi de qualification. J’ai évidemment encore des coups de cœur et des remerciements à faire mais je vais m’abstenir. Ce dont je veux parler aujourd’hui, c’est le calibre de la fin de semaine parce que nous avons eu droit à tout un tournoi!

J’ai eu la chance d’arbitrer 4 matchs et un total de 6 équipes différentes. Durant chacun de mes matchs, j’ai vu de belles histoires, des personnages créatifs et j’ai eu plusieurs fous rires. Durant le premier match, les équipes ont été plus loin avec la poursuite en voyant deux époques complètement différentes dans la vie d’un couple. J’ai vraiment aimé les deux impros et j’ai été très contente du résultat. Dans mon deuxième match, c’est la dramatique qui m’a frappé. Les deux amis qui regardent les étoiles ensemble, les révélations, l’introspection, la romance unilatérale… C’était vrai! Bravo et merci pour ce moment touchant! Durant mon troisième match, mon « À la manière de Judd Apatow » m’a agréablement surpris. Le style comédie-romantique en est un qui peut être un peu plus complexe à réussir en impro mais les deux équipes nous ont fait voir ces relations dysfonctionnelles en misant sur l’humour qui se reflète dans celles-ci.
Mes trois matchs préliminaires étaient vraiment fun, mais ma mémoire présentement n’a de place que pour ma demi-finale. Toute une performance nous a été offerte par les équipes de Bathurst et Dalhousie! Le match était clean et les quelques défis qui se sont pointer dans le match ont été relevé avec brio. J’aimerais mettre l’emphase sur trois improvisations :

Comparée / Pourquoi pas? / Chantée / 3 par équipe – Le défi ici était de forcé trois joueurs par équipe à prendre leur place dans une improvisation chantée. Non seulement les histoires étaient-elles bien présentées, le chant était right on point! On pouvait reconnaître les rythmes de chansons populaires et le registre était approprié. Les 6 joueurs qui ont pris part à ces deux improvisations n’ont même pas eu l’air d’avoir considéré cette impro comme un défi. Bravo!!
Laver son linge sale en public : une histoire de buanderie / 4 min – Une longue improvisation avec comme décor une buanderie. Ce qui m’a le plus marqué de cette impro, c’est les 3e, 4e et 5e personnages. Ils agissaient à titre de figurants et c’était tout simplement parfait! Ça aidait à créer une atmosphère réelle tout en gardant le focus sur nos deux moteurs! Cette impro a été exécutée avec brio. Chapeau! (Non elle n’était pas drôle Zack!)
Comparée / Bijou / 1 par équipe –  Un joueur seul dans l’arène pour 3 minutes. C’est un défi en soi. Sauf quand les deux joueurs te prouvent le contraire. Charles comme Steve n’ont même pas eu l’air d’hésiter pour un moment. Leurs idées étaient claires et leur jeu précis et ça nous a donné deux excellentes improvisations! Le garde royal qui manquait de sérieux et le cambrioleur maladroit étaient tous les deux des personnages ridiculement attachants.
Trois petits points rapides :
-          Félicitations Edmundston pour vous être taillés une place en finale parmi tant d’excellentes équipes et merci de nous avoir accueillis à bras ouvert!
-          Bravo à Guyane et son équipe pour votre belle victoire. Vous avez été mon coup de cœur du tournoi et sûrement celui de bien d’autres à voir les honneurs que vous vous êtes mérités!
-          Merci à la gang des officiels. Nous sommes encore une fois ressortis grand gagnant du tournoi parce que nous sommes encore et toujours autant dévoués et colons!

IMPRO!! <3
Shotgun Godin

Monday, 2 May 2016

On est chanceux pareil

C’est facile de chialer sur notre vie, de s’apitoyer sur notre sort. Pourtant, quand on prend un peu de recul et qu’on regarde ce qui nous entoure… Maudit qu’on est chanceux pareil!
Nouveau-Brunswick - Majestic AF
Je suis allée à Halifax la semaine dernière pour des conférences sur la gestion des déchets. Oui, j’y suis allée pour mon travail mais en même temps, quelle belle occasion de changer le mal de place. En me rendant sur place j’ai eu à conduire pour près de 6 heures et j’ai eu la chance de réfléchir à un paquet d’affaire insignifiante que j’aimerais partager ici.

Quand je constate l’état du monde dans lequel nous vivons, il est facile de se dire qu’on n’est tombé sur un bien drôle d’époque. Nous avons dépassé l’ère des communications pour entrer à toute vitesse dans l’ère de la télécommunication. Plus rien n’est à notre épreuve. Un seul clic de souris nous rapproche du monde entier et nous donne accès à une banque presque infinie d’information. Pourtant, il y a encore bien trop d’ignorant dans notre monde. Certaines personnes se plaignent que la société n’a jamais été aussi isolée et laissée à elle-même. Il faut être bien pessimiste pour s’arrêter là-dessus.

Je me sens choyée! Par quel hasard suis-je née au Canada à la fin du XXe siècle? Je l’ignore! Mais comme j’en suis fière. Je suis fière de mon pays même s’il a des hauts et des bas. Je suis chanceuse d’avoir accès à de l’air pure, de l’eau propre et une nature en santé (enfin autant qu'elle puisse l'être là...). Je suis choyée d’avoir la liberté de me déplacer de par le monde. Fière d’avoir un emploi stable et le droit de vote malgré mon sexe. Heureuse de pouvoir communiquer avec qui je veux en quelques secondes, et ce, peu importe où ils se trouvent. Le monde dans lequel je vis n’est pas parfait mais il est loin d’être aussi injuste et restrictif qu’il l’a déjà été.
En travaillant ensemble, on accompli de grandes choses!
Je suis reconnaissante pour nos moyens de transports de plus en plus efficaces et accessibles. Je suis reconnaissante pour l’émergence de l’énergie verte et renouvelable qui nous permet d’assurer un meilleur avenir aux futures générations (DES ÉOLIENNES!!!). Je suis reconnaissante pour les moyens de communications et d’accès à l’information qui me permettent d’être à jour dans ce qui se passe à travers le monde. Je suis reconnaissante pour les mouvements égalitaires pour le bien de tous (féminisme, LGBTQ+, dénonciation d’actes et paroles racistes, sexistes, xénophobes, etc.).

Vraiment, c’est bon des fois de prendre du recul et de réaliser à quel point le hasard fait bien les choses et qu’on est chanceux d’être où on est. Ça fait du bien de regarder le monde avec des lunettes roses et oublier nos petits problèmes anodins.

Restons positifs,
Shotgun Godin

Follow by Email