Wednesday, 31 August 2016

Une Dugas de plus a vu le jour!

Ma sœur est une vraie manufacture de bébé! Si de mon côté je ne suis toujours pas certaine si je souhaite ou non avoir des enfants, elle fournit pour nous deux pour le moment. Depuis 2011, elle a passé près de la moitié du temps à être enceinte. J’ai fait le calcul, 43% du temps pour être exacte... Yeah, j’aime les chiffres et yeah, je suis lame! Le mercredi 31 août à 8h42 est née la toute dernière de la famille, Charlotte Dugas.
Charlotte Dugas. Née à 8h42 le 31 août 2016. 11 lbs et 10!!
Les gènes sont terriblement forts entre les deux familles. Je comparais des photos des deux autres lors de leur naissance avec les photos de Charlotte et c’est incroyable comment ils se ressemblent. Le même nez retroussé, les mêmes petits yeux, les mêmes grosses bajoux. La maman et la « petite » se portent toutes les deux très biens et ont bien hâte de pouvoir rentrer à la maison. Ce sera chose faite demain matin à moins d’un imprévu majeur.
Je vous jure que ce n'est pas trois fois le même bébé!
Je sais que je suis biaisée mais ma sœur et son mari font de terribles de beaux enfants pareil! Si on regarde de quoi ont l’air les deux plus vieux aujourd’hui, on peut dire que Charlotte va être pas mal cute elle aussi! Vraiment, le plus important par contre c’est que ces enfants ont tous un système très fort; ils sont très rarement malades. Ils ne manquent de rien et sont de vrais petits rayons de soleil. Bien sûr, ils ont aussi un assez gros caractère quand ça ne fait pas leur affaire mais bon, ils ont quand même été élevés par ma sœur. On se ressemble pas mal de côté-là

Félicitations aux heureux parents et bienvenue parmi nous Charlotte!
Matante Shotgun Godin

Friday, 26 August 2016

Je suis acadienne sauf que...

OK. Je suis une Godin. J’ai aussi du sang de LeBreton et Thériault. Je suis tellement originaire de la Péninsule Acadienne que ça en fait mal. Vous me demandez à quel groupe je m’identifie, je vous répondrai sans hésitation que je suis Acadienne! Dans le fond mon sentiment d’appartenance se décrit comme suit : Acadienne > Canadienne > Néo-Brunswickoise.
Je suis fière de mes origines. Pourtant je n’ai pas encore véritablement vécu la pleine expérience acadienne. Tu croirais pourtant! Quand les gens de l’extérieur pensent à l’Acadie, il y a plusieurs choses qui leur viennent à l’idée. Ils sont francophones : check! / Ils vivent en Atlantique : check! / Ils vivent comme au Village Historique Acadien : Check (je l’ai visité… souvent! Je vis au 21e siècle quand même j’écris un blogue!) / Ils parlent chiac : franglais mais ça fait partie des accents donc check! / Ils font ben du bruit le 15 août : check! / Ils mangent du fricot : check! / Poutine à trou : check! / De la râpure : euh… / De la poutine rapée : quoi??
Un VRAI bon fricot!!
Trop de mes proches et de mes amis me jugent pour ne jamais avoir essayé ces mets typiquement acadiens. J’ai donc décidé qu’il était temps que ça change! Je suis à l’Expo-Kent depuis mercredi et j’y serai toute la fin de semaine. Hier, j’ai décidé de me lancer dans le vide et de finalement essayer une poutine râpée. Oui oui! J’ai sacrifié de mon argent sur un gamble que maybe peut-être perhaps je ne détesterais pas ça. J’ai donc décidé de documenter mon expérience. Voici mes impressions :

-          Le concept : Ok. J’aime des patates. J’aime de la viande salée. Ça peut pas être si pire que ça ensemble? Right?
-          Le look : Oh god… euhmm… C’est tellement gooey. Comme sérieusement là. Ça regarde tellement gross! Ce n’est pas regarder ça qui m’a ouvert l’appétit. Avec quoi je mange ça? Du sucre brun? Ben voyons… C’est dont ben contre-intuitif! On m’a aussi recommandé juste sel et poivre. On va essayer les deux!
J'aurais dû poser l'intérieur aussi mais je monde me regardais bizarrement... #ComtéDeKent
-          Le goût : Well… Je m’attendais à pire! Les deux options : sucre ou sel et poivre sont fine. Le problème principal pour moi, c’est qu’il n’y a pas assez de viande pour le montant de patate. Les patates râpées et bouillies n’ont presque plus de goût donc la viande devrait être plus présente pour compenser. Je comprends pourquoi plusieurs sont repoussés par la texture. Je ne sais même pas avec quoi je pourrais comparer l’expérience.

Bon ben c’est fait. Une step de plus dans mon aventure acadienne. Overall, je dirais que c’est OK mais sans plus. La texture est étrange et ça vient rapidement écœurant. Je n’ai d’ailleurs pas fini celle que j’ai achetée parce que c’est devenu too much. Ma plus grande critique, c’est le fait qu’au moment où j’écris ces lignes, mes mains sentent weird même si je n’ai même pas touché la nourriture sans les ustensiles. Je peux juste imaginer que mon haleine doit être extraordinaire. M’en va me laver les mains et me pogner une menthe moi là! Ça valait quand même la peine d’essayer.

Une vraie acadienne,
Shotgun Godin

Monday, 22 August 2016

Let's play dress up!

J’ai toujours aimé me déguiser. C’est plus fort que moi, si on fait une joke à propos d’un dess-up party, ma tête se met automatiquement à tourner et je me monte un costume vite fait bien fait avec les éléments de ma garde-robe.
Elyse à l'Oktoberfest des Acadiens
Vous l’aurez deviné, j’adore Halloween! Je suis de ces personnes qui planifient bien trop à l’avance ce que sera son costume. Évidemment, j’ai déjà choisi le personnage que je personnifierai lors de notre prochain party. Ce qui est toujours cool à propos de notre party Halloween, c’est qu’on y impose un thème. J’espère que mon idée va fitter dans le thème qui sera choisi, quoi que je suis pas mal décidé à m’arranger pour que ça fit no matter what! Je suis de celles qui subtilement (ok pas très subtilement) convainquent la personne en charge d’un thème pour que mon costume puisse être une réussite. Dans le pire des cas, si le thème ne fonctionne vraiment pas (et pour être honnête, je ne peux pas voir que je ne trouverai pas de façon de l’expliquer), j’ai une liste de cosplay/costume possible demandant très peu d’effort de ma part. Une liste? OUI OUI!! J’ai sur cet ordinateur un document comprenant une dizaine de différentes idées de costume qui seraient relativement facile et rapide à faire.
Quelques-uns de mes costumes d'Halloween des dernières années
Lady Galadriel
Queen Frostine - Candyland
Donna Noble
A Weeping Angel
Je parle de ceci aujourd’hui car les événements de la fin de semaine dernière (pas celle qui vient de finir, l’autre. Ce texte aurait dû paraitre vendredi... oups!) m’ont inspiré. J’ai quand même eu deux occasions de porter des vêtements à thème en trois jours! La première? Aller ramasser une amie à l’aéroport. On a fait des jokes à propos d’un airport party le samedi dans la journée et voilà que je suis de retour à l’appartement en train de me changer en conséquence. Pencil skirt, chandail au logo +/- proche d’un symbole de compagnie aérienne, talon haut et foulard. Le tour était joué!
Deux jours plus tard, ben on a eu le 15 août! C’est peut-être moins intense comme dress-up mais ça me permet de fitter in dans un style. Les couleurs bleus, blancs, rouges et jaunes devaient faire partis de mon outfit! Overall, j’y ai mis quelques minutes d’effort et j’étais plutôt fière du résultat.

Je ne sais pas pourquoi c’est quelque chose qui me plait autant. En tant qu’improvisatrice, ça fait du sens par contre d’aimer se cacher dans différents personnages. C’est peut-être aussi mes insécurités qui me poussent à vouloir disparaitre dans la peau de quelqu’un d’autre. Peu importe, j’aime ça et je n’ai pas l’intention de m’arrêter de le faire pour qui ou quoi que ce soit!

Shotgun Godin

Monday, 15 August 2016

Bonne Fête Nationale!

Comme le grand poète acadien l’a si bien dit : « On est le 15 aoooooûûûût. On a le droit de virer foooouuuu. On va fêteeeerrr de Caraquet à Cap-Peléééééé! » - Cayouche
Ça fait longtemps que je n’ai pas célébrer l’Acadie en assistant à un tintamarre ou en prenant un petit coup. Je crois que ça à voir avec l’historienne en moi qui trouve dommage que plusieurs touristes nous voit comme une gang de fêteux qui fessent sur des chaudrons, font des spins pi boivent pas mal trop d’Alpine (moi aussi je vous juge en passant… de la Alpine… vraiment!?) Ce qui m’a frappé il y a un quelque temps, c’est que c’est partout pareil. La St-Jean Baptiste au Québec n’est pas moins bruyante et plus sobre que le 15 août. Le 4 juillet en Amérique est définitivement pire encore!

Donc ce soir, pour la première fois depuis quelque chose comme 2010, je vais sortir pour célébrer le drapeau bleu-blanc-rouge arborant fièrement l’étoile de Marie de l’Assomption dont c’est aussi la fête aujourd’hui. Une autre première (une vraie cette fois), c’est qu’il s’agira de ma première fois à fêter en-dehors de ma péninsule natale. Ce soir, c’est à Acadie Rock que je fêterai entourée de mes amis. Croyez-moi, c’était tentant de retourner dans le nord-est pour avoir la chance de stalker notre cher premier ministre, l’honorable Justin « Dreamboat » Trudeau. J’ai quand même décidé d’être raisonnable et me sauver une drive de 520 km juste pour une photo.
Le Grand Tintamarre de Caraquet
Je souhaite à tous les Acadiennes et Acadiens une bonne fête nationale. Et quand je dis ça, je parle à tous ceux et celles qui ressentent un sentiment d’appartenance lorsqu’on mentionne l’Acadie. Que vous vivez en Atlantique, au Canada, en Louisiane ou ailleurs. Que vous soyez d’origines françaises, anglaises, irlandaises, amérindiennes, asiatiques, hispaniques, arabes ou autres. Que vous vivez votre vie en français ou non. Cessons d’être élitistes et soyons inclusifs! L’Acadie appartient à tous, que vos ancêtres aient vécus le Grand Dérangement de 1755 ou non!

Je t’aime, ma belle Acadie!
Shotgun Godin

Tuesday, 9 August 2016

Je suis comme je suis...

-Lettre ouverte à mon père-
Je me cache derrière ce blogue aujourd’hui pour te parler. J’aimerais avoir le courage de te partager ce texte, mais je sais très bien que ça n’arrivera pas. Il a toujours été difficile pour nous deux d’avoir une conversation civilisée sur un sujet qui nous sépare. Le ton monte, la frustration ressort, il n’y a rien à y faire. Nous sommes tous les deux des Godins après tout. Je pense que te faire lire ceci nous aiderait à mieux nous comprendre. Je suis bien trop lâche et peureuse pour m’assurer que ça se rendre jusqu’à toi. Parce qu’aujourd’hui j’aimerais te rassurer par rapport au sujet sur lequel nous ne nous entendrons probablement jamais : la façon dont je mène ma vie.

Je suis bien. Je suis heureuse. Est-ce vraiment trop te demander d’être satisfait par cette réalité? Les décisions que je prends peuvent te paraître bizarre, je suis quand même reconnue pour écouter mon cœur avant ma tête. Je ne ferais cependant jamais quoi que ce soit qui nuirait à ma vie ou à celle des autres. Mon style de vie t’inquiète car tu n’en vois qu’une partie. Je suis issue d’une génération connectée, c’est vrai. J’aime savoir ce qui se passe dans le monde, c’est plus fort que moi. Je n’arriverai jamais à comprendre comment tu peux juger mes habitudes avec mon ordinateur ou mon téléphone quand pourtant tu passes autant de temps devant la télévision. Nous faisons cela pour les même raisons. Nous cherchons à demeurer informés et entertainés. Pourquoi juger?

Tu me trouves dépenseuse. Tu t’inquiètes car tu penses que je suis toujours à la dernière cent. Tu n’as pas tort. Mais regarde-toi un peu! Vous m’avez élevé alors, évidemment, je vais avoir pris vos mauvais côtés aussi. Oui j’ai de la difficulté à mettre de l’argent de côté mais la raison est simple : je préfère vivre dans le présent. Je budgète à ma façon et je respecte celui-ci de temps en temps. Je sais comment m’en sortir et je ne me mettrai jamais dans trop de misère. J’ai vécu trop longtemps en pensant à tous les impacts que chacun de mes gestes pourraient avoir. En planifiant tellement à l’avance que dès qu’un imprévu me tombait dessus, c’était la fin du monde. J’ai fini par en avoir assez. Je vis le moment présent, j’en profite et comme j’aime ça! Ne t’en fait pas par contre, je vis dans le présent, mais je planifie aussi pour mon avenir. Combien de jeunes de mon âge cotisent déjà dans un REER? I got this… I promise!

Tiens, justement. Tant qu’à parler en anglais, parlons de mon accent. Je sais que tes critiques viennent d’une bonne place. Tu as peur que je perde mon français comme tant d’autres personnes avant moi. Je suis fière d’être francophone. Je suis même right fière pour emprunter un slogan bien connu et qui a soulevé bien des débats. Je reconnais que la francophonie a plus d’une couleur et je sais reconnaître les contextes où je peux me permettre un registre familier versus un registre standard. Jusqu’à récemment, je croyais qu’être en famille était synonyme de familier. J’avais tort. Depuis, de peur de te déplaire, je cache cette couleur qui me représente. Une francophone pure et dure de la péninsule qui s’est laissée séduire par le sud-est. C’est qui je suis, et je dois admettre que c’est blessant de voir que tu ne peux accepter ce fait. Ce blogue est la preuve concrète que je refuse de perdre mon français. Si seulement j’avais la force et le courage de te le prouver en te le montrant.

Tu regardes mes tatouages et tu grimaces. Je sais aussi très bien que tu n’es pas un fan de ma coupe de cheveux ou même de la façon dont je m’habille. Je n’ai jamais été aussi confortable que je le suis depuis un an. J’ai accepté une bonne fois pour toute d’embrasser qui je suis et j’en suis ressortie tellement plus fière et pleine de confiance. Je t’assure que je ne fais pas cela pour vous déplaire. Quelle sorte de personne prendrait des décisions ayant un impact si permanent juste pour déplaire à quelqu’un? Je n’essaie pas non plus de prouver un point. Ce que je cherche à faire, c’est de laisser savoir au monde qui m’entoure que ce qu’ils voient, c’est moi et que je suis fière de qui je suis! C’est dur de savoir que mon propre père a de la difficulté à dire pareil.

J’aimerais qu’on ait plus en commun, mais ce n’est pas le cas. C’est difficile pour moi de communiquer avec vous de façon régulière, je ne sais plus de quoi vous parlez. Je déteste du small talk, mes intérêts vous sont étrangers et c’est la même chose pour les vôtres. J’avais pris comme quasi-résolution de vous appeler plus souvent. Je suis en train d’échoué lamentablement parce que je ne peux m'empêcher de réaliser qu'on n'a rien à se dire. Pour être honnête, j’aimerais que pour une fois, UNE SEULE, vous soyez présents lors d’un événement d’impro. Non je ne serais pas vraiment disponible pour passer du temps avec vous et en effet vous n’y comprendrez pratiquement rien. Je voudrais juste que vous puissiez voir à quel point c’est important pour moi et l’effet immédiat que ça a sur ma personne. En bon français, je dirais que lorsque je suis à un événement d’impro I’m glowing!


Un jour peut-être, tu liras ces lignes. J’espère que ça te permettra de mieux me comprendre. Je vous aime énormément maman et toi et j’aimerais que tout soit plus facile entre nous. En attendant le jour où j’aurais le guts de te montrer ceci, je vais continuer à faire mon possible pour vous rendre fiers quitte à vous cacher des choses. C’est loin d’être l’idéal, mais c’est ma façon de faire… I wish I wasn’t such a coward

Shotgun GODIN

Friday, 5 August 2016

Camping trip & thunderstorm

OK. J’ai rendu honneur à ma province mais j’ai tout de même mentionné que je n’étais même pas dans celle-ci pour la célébrer. En effet, durant la fin de semaine de la fête du Nouveau-Brunswick, j’étais en Nouvelle-Écosse avec une gang de fou pour faire du camping. Pour la première fois de ma vie, j’ai visité le parc provincial de Five Islands et j’ai pas mal trippé bien que j’en suis revenue complètement épuisée.
Le camping ground est très simpliste. On peut clairement voir qu’une des missions de ce parc est de garder le tout à son état le plus naturel possible! On est arrivé, on a setté up les 4 tentes et on a pris ça relax pour le premier soir. On campait peut-être mais on s’est quand même bien équipé! BBQ et poèle au propane faisait partie de nos accessoires pour rendre notre séjour plus agréable. Si y’a quelque chose qu’on peut dire, c’est qu’on a bien mangé!
Le dimanche a été beaucoup plus chargé alors que nous sommes décollés hiker sur deux trails. La première montait en pente douce jusqu’à ce qu’elle se mette subitement à descendre assez drastiquement. L’aller était plaisant mais le retour… well… j’ai sué!! Contente de voir que je pouvais tout de même garder un rythme régulier lors de la remontée. La deuxième était directement sur le sol marin. Five Islands se situe dans la Baie de Fundy et se soumet donc aussi à ses rapides marées. Nous avions une fenêtre de temps de quatre heures pour marcher le long des caps sur le sable vaseux? La vase sablonneuse? Ça là! On est revenu et on a pu profiter d’un coucher de soleil gêné et frustrant!
Le lundi était jour de retour. On est arrivé assez tôt à Moncton mais sommes allés manger ensemble avant de partir chacun de notre côté. Je n’ai pratiquement fait que dormir depuis ce temps! Oh à part évidemment vivre de grandes frustrations occasionnées par l’Université de Moncton qui ne trouve plus ma demande d’admission et conduire jusque dans la péninsule pour passer du temps en famille.
Je suis donc dans la Péninsule à trouver quelque peu le temps long mais ça relax! Hier était plutôt frustrant par contre. Deux orages sont passés dans le coin en après-midi, le premier ne nous a vraiment pas manqué. Un poteau de téléphone à une distance d’à peu près 300m de chez moi s’est fait frapper par la foudre occasionnant une panne de courant. Au moins le show était impressionnant! Ce qui était difficile c’est que la réception 3G est terrible dans ce coin de la province et sans wifi, j’ai souffert! Pourtant ce n’est que la première année durant laquelle nous avons internet ici. Des habitudes ça se change vite. La preuve, je me sauve quand même de passer du temps en famille pour aller me faire masser puis faire une road trip et prendre part à un pool party à Grande-Digue… Vous pouvez envoyer mon prix de Daughter of the Year à mon appartement à Moncton. Merci beaucoup en passant!
Avec seulement trois jours (incluant aujourd’hui) de reste à mes vacances, je dois dire que j’en aurai profité au maximum!!
Shotgun Godin

Monday, 1 August 2016

Bonne fête de Nouveau-Brunswick

Notre province n'est peut-être pas parfaite. Je dirais même qu'elle est loin de l'être. J'ai par contre déjà parlé de la lutte que notre population unilingue anglophone a décidé de mener contre la population bilingue qui a dû s'adapter pour survivre. Je devais en faire rapide mention mais je ne veux pas m'y attarder aujourd'hui. Aujourd'hui, je souligne le congé férié en parlant des bons côtés du NB.
Notre province contient tellement de régions aux couleurs différentes. Certains verront cela comme une faiblesse, pour moi c'est une richesse incroyable et indescriptible. Je continue à dire qu'il me faut visiter le sud-ouest du Nouveau-Brunswick comme il s'agit de la seule section que je n'ai même pas encore frôlé.

Notre province m'a permis de rester fortement connecter à la nature. J'ai grandi dans une région rurale où ma maison était entourée par un boisé assez profond merci. Même en vivant dans l'un des centres urbains les plus importants du NB, je peux garder ce contact avec la nature très facilement. La ville de Moncton est quand même une ville verte qui n'est pas encore victime de trop de pollution. Je n'ai qu'à me déplacer quelques minutes en voiture pour avoir accès à de nombreux parcs, plusieurs plages, etc. Je le dis souvent lorsque je conduis, les paysages au NB sont de toute beauté. En vérité, les mots que j'utilise sont "Majestic as fuck" mais ça c'est une autre histoire!
Majestic
as
fuck!
Hopewell à marée haute, Johnville l'automne et la rivière St-Jean
Vivre au Nouveau-Brunswick m'a permis de devenir bilingue. Oui il s'agissait plutôt d'une obligation comparativement à un choix mais j'en suis tout de même ressortie plus forte et compétente. Mon anglais n'est pas parfait, loin de là. Je perds aussi mon français écrit comme je ne l'utilise que trop peu, d'où la création de ce blogue. Mais le fait de pouvoir m'exprimer efficacement dans deux langues me remplit de fierté.

C'est quelque peu ironique que nous sommes sortis de la province pour la fête du NB. Ça fait quand même du sens comme tous les sites de camping ont dû être complètement booked. Je parlerai de ce voyage de camping vendredi parce que je suis bien trop épuisée pour entrer dans plus de détails aujourd’hui. J’aime juste me souvenir de la raison pourquoi nous avons droit à un congé. Le Nouveau-Brunswick n’est pas parfait, mais je l’aime quand même étrangement. Je ne pourrais honnêtement pas me voir vivre ailleurs qu’ici.

J'espère que vous avez tous eu un bon congé provincial!
Shotgun Godin

Follow by Email