Tuesday, 21 November 2017

#Yolondon2k17

Okay… Je ne peux pas ne pas en parler. Je suis d’ailleurs surprise que j’ai pu me convaincre d’attendre si tard en novembre pour aborder le sujet. J’ai instagramer les grands moments de chaque journée mais je veux tout de même en parler un peu plus sur cette plateforme-ci. J’ai réalisé un rêve cet automne, ça vaut la peine d’en parler encore et encore mais je vais au moins essayer de l’aborder sur un autre angle! #SorryNotSorry
D’abord, pourquoi Londres? Je ne sais pas trop. Mon père y est aller quand j’étais toute jeune et les photos ont enflammés mon imaginaire. Tous ces magnifiques bâtiments, la richesse, les couleurs... C’est une ville de toute beauté!  L’Angleterre a tellement d’histoire et la nôtre est entrelacée avec la leur. En vieillissant, et donc en consommant plus de médias anglophones, j’ai découvert leur accent que j’adore. Puis j’ai vu la ville dans tellement de films et téléséries. Tout ça ensemble fait que je me suis rapidement dit que ce serait le premier arrêt que je ferais en voyageant outre-mer. Oui mes finances en ont pris un sérieux coup à cause de toute sorte d’imprévu mais non, je ne regretterai jamais cette expérience! 
Évidemment, réaliser un grand rêve comme celui-ci, ça implique un tapon d’émotions, right? Et tout le monde ici sait très bien que je suis une personne, comment dire, un peu émotionnelle d’avance…? Ok fine je suis une boule d’émotion sur deux pattes! Alors une des choses qui s’est produite plus souvent qu’autrement en sol britannique, c’est que je me mette à pleurer pour des petits riens : Quand j’ai vu le London Eye pour la 1ère fois à notre arrivée. Quand j’ai vu le Tower Bridge. Quand j’ai lu l’histoire des deux frères dans la Tower of London. Dans la cathédrale St-Paul alors que la chorale pratiquait leur chant *frissons*. À Westminster Abbey quand j’ai vu la tombe du soldat inconnu – L’hommage est juste trop beau et l’honneur tellement grand! Les larmes me remontent aux yeux à relire la plaque. Ah j’ai aussi versé des larmes au pub « The World’s End » parce que tout était juste trop parfait et je ne voulais plus revenir au Canada. Je ne suis plus trop certaine où le compte s’est rendu mais c’était pas mal élevé. Je pense au moins à une moyenne de 2-3 fois par jour.
Quelque chose que j’ai apprécié, c’est l’autonomie qu’on a pu développer très rapidement dans cette ville. Je croyais à tort que les grands monuments, les sites touristiques les plus connus, étaient tous dans un même coin de la ville… Wow! Il fallait vraiment que j’y sois pour me rendre compte à quel point j’étais wrong! Le système de transport en commun est extrêmement bien développé dans la ville et est beaucoup plus facile à utiliser qu’on pourrait le croire. Le métro était un charme! On m’avait dit que c’était complexe et bien différent de ce que j’avais vu, mais vraiment j’ai trouvé ce système bien plus clair et facile d’utilisation que ceux de Montréal, Toronto et Boston. Toutes les stations sont listées sur une affiche afin de te permettre de choisir la bonne plateforme. Y’a vraiment pas plus simple! Les autobus sont aussi pratiques quoi qu’une chance qu’Ann Marie avait accès à un dataplan car sans celui-ci on aurait eu un peu plus de trouble. Autre chose importante, la nourriture était extraordinaire et la booze aussi! On s'est gâté souvent mettons...
Mandatory Fish N Chips
YUM!
OOOUUUHHH!!
Ramsey's restaurant. J'ai presque pleuré tellement ce poulet était bon!
Tout premier Hard Rock Café
HAPPY HOUR!!
Pour une ville avec une population si importante et une présence touristique pratiquement ininterrompue, tout est extrêmement propre! Les rues et ruelles, les stations de métro, les coins touristiques et ceux plus résidentiels. De plus, bien que les résidents soient ancrés dans leur routine et ne se laisse plus déranger par les touristes, j’ai trouvé que les gens étaient d’une très grande gentillesse. Jamais je n’ai ressenti que j’étais en danger, ou que je risquais qu’on me vol. J’avais un sac à dos sur moi en tout temps et même quand nous étions parmi des foules, rien ne lui est arrivé. J’avais une ceinture de corps avec moi que je n’ai jamais porté. On n’est jamais à l’abris de ce genre de risque mais on m’avait fait croire que c’était la ville des pickpockets. Quelle ville ne l’est pas? Nous avons été super bien accueillies par les gens qui travaillaient dans le service à la clientèle un peu partout et plusieurs locaux m’ont offert leur siège tous en même temps dans les métros lorsqu’ils voyaient ma canne, démontrant à quel point ils se soucient quand même de leur prochain. Je me suis sentie chez moi dans cette ville et je peux dire sans crainte que j’aurais été très confortable d’y faire ma vie!
Pour terminer ce post qui commence à s’éterniser, je vais y aller avec ce que j’ai le plus aimé ET ce que j’ai le moins aimé parce qu’on m’a posé la question et j’ai trouvé que l’exercice était intéressant. On a souvent tendance à ne raconter que les bons coups mais en quelque part, même le plus beau des voyages aura un aspect plus faible que les autres.
-         Alors ce que j’ai le plus aimé de ce voyage – à part réaliser un rêve et tomber en amour avec un pont… Man le Tower Bridge est spectaculaire OK! – je dirais que c’est la compagnie! Ça va sonner quétaine, parce que ce l’est un peu, mais Ann Marie était la personne parfaite avec qui faire ce voyage. Nos attitudes YOLO se complétait bien et on savait respecter les volontés, préférences et le rythme l’une de l’autre. Pas dû être évident de devoir ralentir à cause de ma blessure, alors je suis d’autant plus reconnaissante envers elle pour cela. On a ri, on a bu, on a mangé, on a visité les lieux typiques mais aussi différents. C’était juste great! J’espère pouvoir voyager de nouveau en ta compagnie!
YOLO!
 
Blurry photobomb!
-          Maintenant ce que j’ai le moins aimé – à part ma blessure au pied parce que ce serait beaucoup trop facile – c’est le Royal Observatory à Greenwich. C’est l’attraction que nous avons visiter qui m’a le moins plu. On me l’avait probablement juste trop hyper pour ce que c’était. Je trouvais la visite difficile à suivre, on ne savait pas trop par où commencer et où poursuivre. Les expositions sur l’évolution du calcul du temps et des longitudes et latitudes étaient intéressantes mais nous n’avions pas le temps de tout voir et lire en plus que c’était crowded. Nous nous sommes tenus sur le méridien original, pi c’est pas mal ça! Le reste de la visite à Greenwich était agréable par contre et ce n’était vraiment pas déplaisant non plus. Juste moins intéressant que tout le reste que nous avons vécu.
Alors la prochaine étape pour moi est de déterminer ce qui viendra ensuite. Je sais que je ne ferai pas de gros voyage en 2018 comme je chercherai plutôt à me loger. Ça me laisse amplement de temps pour planifier le prochain gros voyage. Est-ce que je retournerai en Europe? Est-ce que ce sera le tour de l’ouest canadien? Pourquoi ne pas rêver plus gros encore et penser à l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. C’est ce qu’il y a de plus beau à propos de réaliser un rêve : Tu peux t’en créer des nouveaux par la suite!

Shotgun Godin

Saturday, 18 November 2017

Halloween 2017 - 4 fois plutôt qu'une!

Ce n’est un secret pour personne, suffit d’aller voir les post des années dernières ou de regarder mes photos sur Facebook, j’aime beaucoup Halloween car ça me donne une excuse valable pour me costumer dans mes personnages préférés de mes nombreuses fandoms. Cette année n’a pas fait exception. En plus, juste pour rendre le tout plus excitant pour moi, j’ai eu différentes occasions de me costumer et donc il m’a fallu créer non pas un ou deux mais bien QUATRE costumes. Certains ont été fait plus rapidement que d’autre, alors qu’un d’entre eux a été fait entièrement par ma partner in crime. PEU IMPORTE !!! Je suis très heureuse des résultats alors, sans plus tarder, les 4 versions de Shotgun de cette année.

Party Licum – thème : Cartoon / Mon choix : Kiki from Kiki’s Delivery Service
Ok donc je n’avais que quelques heures pour monter quelque chose de rapide qui me satisferait. J’ai emprunté la boucle d’une amie. La robe, les souliers et le sac m’appartenaient déjà. Il m’a fallu acheter le balais et BAM! Le tour est joué! J’avais l’intention de faire imprimer un cut out de Jiji pour compléter le tout mais j’ai manqué de temps la journée-même. Cependant, à un moment dans la soirée je me suis mise à délivrer du pain aux autres invités question de demeurer dans le personnage.
Niveau de satisfaction : Je dirais un 5/10 comme je n’ai pas eu le temps de rendre le costume à la hauteur de mes attentes. J'aurais pu rendre le tout encore plus bon avec une petite bourse, un chat, un sac plus ressemblant, etc.

Party avec la gang – Thème : Innocence et corruption / Mon choix [1/2] : The Beast from Over the Garden Wall
Josée s’est encore une fois surpassée avec ce costume. Bien que niveau confort, c’était assez encombrant et chaud, l’effet était complètement réussi. Les yeux qui reflétait la lumière était juste parfaits! Elle a opté pour être Greg pour représenter l’innocence et évidemment, de mon côté, j’essayais de la corrompre. On a eu un fun time à prendre les photos et à me voir marcher en crabe pour éviter de staber quelqu’un dans l’œil ou de détruire l’appartement de notre hôte.
Niveau de satisfaction : 8/10 Le costume est complètement réussi mais je ne peux lui accorder une note plus haute comme je n’ai que trop peu travailler sur celui-ci. Il aurait aussi fallu que je camoufle mieux mon cou et mes cheveux, avec une cagoule ou quelque chose du genre peut-être. Ce qui est certain, c'est que le travail de Josée mérite définitivement un 10/10! 

Party avec la gang – Thème : Innocence et corruption / Mon choix [2/2] : Un gender-bender de Baby from Baby Driver 
Sachant très bien que j’allais boire, et avoir chaud, et que je ne voulais pas tuer quiconque durant la soirée, je savais que je ne pourrais porter mon costume de Beast tout le long. J’aurais pu me contenter de porter mes vêtements noirs pour le reste de la soirée, mais c’était WAY trop lame pour moi. J’ai donc préparé un 2e costume pour cette soirée, parce que je suis moi. De quoi ça aurait l’air une version féminine de Baby Driver? Probablement exactement la même chose que l’original avec un peu de maquillage et plus de cheveux. VOILÀ! Pas trop compliqué : jeans, t-shirt, jacket, plusieurs faux iPods, écouteurs, plusieurs lunettes de soleil et la bande sonore qui joue en loop sur mon téléphone : Le tour est joué! J'ai opté pour Baby parce que le film est juste trop bon et parce que, de mon point de vue, ça marche avec le thème. Miles était une personne +/- innocente qui s'est fait entrainé dans ce monde corrompu. Sachant que j’ai bu… BEAUCOUP… je ne suis pas vraiment restée en personnage longtemps comme j’étais pas mal bruyante… de ce que je me souviens en tout cas. Ouf quelle soirée!
Niveau de satisfaction : 7/10 superbe au niveau du confort et m’a permis d’écouter de la awesome musique. J’aurais dû être plus silencieuse, réservée et pouvoir conduire pour que l’effet soit entièrement réussi.

Halloween au bureau – Thème : Superhéros / Mon choix : Black Cat de Marvel
Le 31 arrive et on a décidé de faire un thème au bureau. Je me fous de ce que les autres vont penser, ils vont voir que quand j’embarque dans de quoi, je n’y vais pas à moitié. Maintenant, je ne pouvais manquer cette opportunité en or de rendre hommage à l’un des personnages que nous avons survolé dans notre podcast « oHOTmu or Not? » *cough* allez écouter si vous ne l’avez pas encore fait *cough*. D’après mon niveau d’excitation, j’aurais dû arrêter mon choix sur Clea – Oh my qu’elle est hot! – Mais je n’avais pas assez de temps ni les moyens pour me procurer ce dont j’avais besoin pour créer un costume qui serait à la hauteur de mes attentes. J’y suis donc allé pour mon 2e choix : Black Cat. Je me suis gardée une petite gêne au niveau du buste car on est quand même dans un bureau après tout, mais je crois que le résultat final est tout de même appréciable sans avoir des seins qui débordent de partout!
Niveau de satisfaction : 9/10 pour le peu de temps que j’ai eu, je crois que le résultat est impressionnant. Go moi!

Aaaahhhh… J’aime être une geek!
Shotgun Godin

Tuesday, 14 November 2017

Une leçon d'humilité

Il y a 10 jours, j’étais dans la Péninsule Acadienne pour offrir mon support à mon père. Celui-ci se présentait comme candidat à l’investiture libérale dans la circonscription de Caraquet. À moins d’un an des élections provinciales, il était temps pour le parti d’élire le nouveau candidat qui remplacerait Hédard Albert qui prend sa retraite du monde politique. Le résultat n’a pas été celui que je souhaitais voir, et pourtant nous sommes heureux malgré tout et ça m’a ouvert les yeux sur une facette de ma personne. C’est d’ailleurs cet événement qui m’a donné le goût de réécrire ici. Voici pourquoi…

Tout d’abord, les faits : Mon père, Yvon Godin, 63 ans, se présentait comme candidat. Il emmenait avec lui un bagage impressionnant d’expérience et de connaissance qui aurait fait de lui un candidat de taille durant les prochaines élections. Son adversaire, Isabelle Thériault, 38 ans, a finalement remporté les grands honneurs. Elle avait une forte équipe derrière elle et a su rallier le vote de la jeunesse et de la population ancrée dans la culture. Elle est DG du festival acadien, artiste connue dans la région et saura sûrement apportée une perspective nouvelle au parti. Sommes toute, nous sommes heureux des résultats et reconnaissants envers toutes les personnes qui ont offert leur appui à mon père. 
Tout était tellement étrange... Tous ces gens qui criaient le nom de mon père avec les pancartes... Woh!
Voici où le sujet devient intéressant pour moi. Un jour, j’ai écrit un blogpost à propos de mes plus grandes peurs. L’une d’entre elle est le refus, et aujourd’hui, j’ajouterais par là-dessus le mot « échec ». J’ai tellement peur qu’on me dise « Non » ou de faillir à une tâche, qu’il m’arrive de me mettre moi-même des bâtons dans les roues plutôt que de foncer. Durant cette fin de semaine, je me suis rendue compte d’où me vient cette crainte : c’est de mon père! Mon père est ce genre de personne à qui on ne peut dire non. Une personne persévérante qui réussit tout ce qu’il entreprend. Je l’ai vu diriger des regroupement jeunesse en ayant sous sa tutelle des dizaines de milliers de subordonnées. Je l’ai vu obtenir la position de direction à mon école primaire sans même avoir son certificat d’aptitude à la direction. Je l’ai vu entré à la mairie de mon village dans une lutte chaude mais qu’il a tout de même remporté. Je l’ai vu s’acharner sur des projets pendant des mois pour enfin le voir vivre la satisfaction d’en faire l’annonce officielle au public. Je l’ai vu prendre tous ces risques et je ne l’ai JAMAIS vu échouer… Jusqu’à samedi dernier.

Imaginez un instant que c’est tout ce que vous connaissez. Imaginez un instant tenter de grandir dans l’ombre d’une personne comme mon père. Ce blocage que je ressens, c’est parce que je ne me suis jamais sentie à sa hauteur - Haha! Ben oui mon père fait 6’4’’, no pun intended! Le congrès à l’investiture a été une leçon d’humilité pour moi. Ça m’a appris que ce n’est pas vrai qu’on remportera tous les combats dans lesquels on va se lancer. Ça ne veut pas dire qu’ils ne valent pas la peine d’être faits, et surtout bien faits, pour autant. Mon père n’est pas parfait, loin de là. Il est vulnérable comme tout le monde et peut faire face à un non. Ce que j’ai appris ce jour-là, c’est comment il est important de garder la tête haute même dans l’échec.

Mon père et son équipe n’ont rien à se reprocher. Ils ont travaillé jours et nuits, littéralement, dans l’espoir de pouvoir rendre service à la communauté. Aujourd’hui, ils sont soulagés et contents de retourner à la routine. Mon père peut reprendre ses rôles de maire et de grand-père à plein temps. Il pourra continuer à travailler le bois, à se balader à moto et peut-être même en VR l’été prochain. Il sait que son été sera relax au lieu d’être une succession de présence à des événements en périodes électorales. Ma mère pourra prendre sa retraite et ils vont mener un petit train de vie tranquille plutôt que d’être en constant déplacement entre Bertrand et Fredericton. En fin de compte, mon père est en quelque sorte heureux de ne pas avoir à continuer sur ce chemin car, à 63 ans, il a bien droit à un break lui aussi à un moment donné.

Et moi, je suis heureuse d’avoir été témoin de cet événement. Je suis heureuse de comprendre d’où vient mes insécurités et de savoir que maintenant je pourrai mieux les combattre. Je suis fière d’où je suis, de ce que je fais et de comment je le fais. Si je me lance dans un projet, il me suffira d’y donner tout ce que j’aie pour qu’en fin de compte, que ce soit une réussite ou un échec, je sois satisfaite du travail accompli et puisse garder la tête haute.

Une petite step à la fois ;-p
Shotgun Godin

Saturday, 11 November 2017

De véritables héros #LeCanadaSeSouvient

C’est drôle comment les choses sont faites. J’ai commencé cette semaine en allant voir un film de superhéros que j’attendais avec impatience et je termine cette semaine en pensant aux plus grands héros que la vie nous ait donné. Comme ma nouvelle tradition le veut, je serai à la cérémonie commémorative aujourd’hui à Dieppe. J'ai aussi encore et toujours le luxe de pouvoir utiliser cette plateforme pour exprimer à quel point je reconnais l’importante contribution que chaque soldat, policier, premiers répondants, agent de paix, etc. ont eu sur le monde que nous connaissons aujourd’hui.
J’imagine que le fait que je sois historienne et que j’ai concentré une bonne partie de mes études autour des deux grandes guerres explique pourquoi j’accorde tant d’importance aux célébrations du jour du souvenir. Cérémonie ou pas, j'aurais observer une minute du silence à 11 :00. Quand je pense à toutes ces personnes qui ont et/ou qui continuent à sacrifier leur bien-être pour le nôtre, je deviens automatiquement émotionnelle. Je vous parlerai très bientôt de mon voyage en Angleterre, comment j’ai pleuré à de nombreuses reprises. Je me dois de dire immédiatement que deux de ces moments émotionnels ont été vécus devant des cénotaphes et tombeaux honorant les soldats britanniques tombés au combat. Peu importe leur origine, le pays pour qui il combattait, ces hommes et femmes ont pris les armes dans des conflits qui n’étaient pas le leur, mais plutôt celui de leurs dirigeants. Qu’ils aient été volontaires ou conscris par force, il est de notre devoir de nous souvenir d’eux.
Qui a besoin de Thor, Batman, Armadillo, Triad, Acadieman, etc. Nos vétérans sont de vrais héros et ils méritent encore plus notre attention que ces héros fictifs qui enflamment notre imaginaire! Pas besoin de grand-chose pour faire une différence aujourd’hui :
-          Portez du rouge et le coquelicot.
-          Observer une minute de silence
-          Déposez votre coquelicot, une fleur ou autre symbole à un cénotaphe
-          Faites un don à un organisme comme Veterans Affairs. Acheter votre coquelicot, même si vous ne donnez que quelques sous, aura un impact
Nos vétérans, nos soldats au combat ou en entrainement, nos policiers, ambulanciers, gardes de sécurité… NOS HÉROS ont besoin de nous tous. Notre respect et support est la moindre des choses que nous pouvons leur offrir.
N’oublions jamais… c’est grâce à eux que nous vivons dans un pays libre!

I.G.

Wednesday, 8 November 2017

Un "Grand" retour...?

Wow… Tu sais quand la dernière ligne du dernier post qui a été publié en août dit « […] je vous en parlerai plus en détail demain. », tu sais que t’as réussi dans la vie!

Ça fait trois mois que je n’ai rien écrit pour cette plateforme. Je suis honnêtement déçue en moi-même. Honnêtement, ça n’a jamais été facile et ce depuis le début. Trouver un sujet, me vider le cœur par rapport à celui-ci et avoir le courage de publier par la suite… Pas aussi évident que je le croyais quand je me suis lancée dans l’aventure.

Malgré tout, écrire ce blogue me remplissait de fierté alors pourquoi je l’ai laissé tomber? J’ai vécu beaucoup de stress dans les derniers mois. Que ce soit au bureau, mes finances, ma vie familiale, ma vie sociale, mes cours... aucune de ces sphères n’étaient vraiment stables et une fois empilée la montagne semblait insurmontable. Ma santé physique et mentale en ont toutes deux pris un lourd coup. Je me suis vite rendue compte que ma patience était très limite et que je n’avais plus de motivation à rien faire; tout ce qui m’intéressait c’était dormir, et c’est honnêtement encore le cas. J’essaie donc de reprendre tranquillement un semblant de routine pour éviter de tomber encore plus bas que je ne le suis déjà. Je veux reprendre le contrôle et en parler est la première étape pour le faire. J’ai l’impression qu’utiliser cette plateforme à nouveau m’aidera à recouvrer motivation, énergie et, je l'espère, plus de joie.
Je ne me lance pas non plus dans le vide sans but à atteindre. J’ai déjà entamé l’écriture de quelques 5-6 billets pour les semaines à venir afin d’alléger la tâche. Vous pouvez donc vous attendre à ce que je me pousse à écrire pour les prochaines semaines en espérant que le momentum me permette de continuer sur ma lancée. Je refuse de me laisser tomber et ça commence par me lancer des défis comme celui-ci.

J’espère bien être de retour pour, au moins, un bon moment!

Shotgun Godin

Friday, 18 August 2017

Vacances semaine 2 - La familia

Alors que la première semaine de mes vacances a été entièrement dédiée à prendre la route avec mes amis, la seconde a été 95% en famille! (Revenez demain pour le 5% qui reste à couvrir!) Après deux mois sans visiter, je suis restée dans la Péninsule pour une semaine entière et je n’ai même pas eu la chance de trouver le temps long.

Je me suis accordée une soirée de repos après mon retour de Nouvelle-Écosse avant de reprendre la route. J’ai fait le calcul, en une semaine j’ai parcouru 3177 km pour un équivalent de 34h09m sur la route. Je le sais, je suis complètement folle! Je voulais par contre arriver à Caraquet à temps pour la course de tacot qui a toujours lieu pour la fête du Nouveau-Brunswick. Mon père participait encore une fois cette année et il avait de la très forte compétition. Tellement forte d’ailleurs qu’il a dû remettre son trophée au maire de Balmoral. Le maire de Bertrand s’est quand même bien battu et a réussi à s’assurer d’une place sur le podium, en 3e position derrière le maire de Paquetville. Ce fut une belle journée et les célébrations en soirée entre les maires occupant les 1ère, 3e et 4e position (celle-ci occupé par le maire d’Atholville) a été très agréable!
Le podium - Photo prise par Le Festival Acadien
On ne peut célébrer à proprement dit sans une bouteille de champagne!
Je n’étais pas la seule personne en visite dans la Péninsule. Ma cousine de Montréal Sylvie était des nôtres pour la semaine avec son conjoint, Richard. On a ri, on a mangé (beaucoup et super bien!), on a chanté (beaucoup MAIS pas toujours bien!), on a célébré ensemble. Ça faisait un bon bout de temps qu’on n’avait pas passé autant de temps ensemble et rencontré Richard fut un vrai plaisir. On va faire un Acadien de lui, ça ne prendra pas de temps! Évidemment, comme on avait de la visite, ma sœur et les enfants étaient du rendez-vous à tous les jours. Ils se sont vraiment bien comportés et étaient très agréable à avoir alentour même si c’était quand même épuisant de les tenir occupés! Mon moment préféré avec tout ce beau monde reste la soirée des feux d’artifice au Carrefour de la Mer. Souper, parade des bateaux, fine pluie et tout un spectacle de pyrotechnie!
Je suis embarquée sur une moto pour la première fois de ma vie!!
On a eu une merveilleuse soirée. Dommage qu'un peu de pluie a décidé de se pointer le nez
À part ça, j’ai quand même pu beaucoup relaxer. Me coucher tôt et me lever tard est un petit plaisir de la vie qui m’a manqué la semaine auparavant! J’ai fait beaucoup de lecture, ben du lavage et j’ai pu relaxé sur la plage en bonne compagnie. J’ai même réussi à me faufiler entre deux rendez-vous pour avoir un massage, quel pur bonheur! Cette deuxième semaine de vacance m’a permis de recharger mes batteries jusqu’à ce que le tout dernier événement vienne les drainer complètement en l’espace de quelques heures. Mon conventum a eu lieu le 12 août, je vous en parlerai plus en détail demain.

Shotgun Godin

Thursday, 17 August 2017

Rebâtir mes souvenirs - Cabot Trail 2017

La nature. L’histoire. La mer. Du camping. Il y a tout pour me plaire sur l’Île du Cap Breton. J’ai adoré la première fois que je l’ai visité quand j’étais très jeune. J’ai adoré y retourner en 2013. J’étais extrêmement contente à l’idée d’y retourner au début du mois.
Avant même d’être à proprement dit sur la Cabot Trail, on a été obligé de faire un arrêt imprévu. Une galerie d’art faisait sa promotion à l’aide d’une affiche arborant fièrement un Tardis. Ben voyons! J’ai mal vu certain! J’aurais dû prendre l’affiche en photo puisque Google Street View n’a pas été mis à jour récemment dans cette région. Enfin, c’était bel et bien un endroit en grande partie dédié à Doctor Who et nous sommes donc retourner sur nos pas question d’explorer et de prendre quelques photos.  
Peu de temps après, nous embarquions sur la fameuse Cabot Trail. Les paysages en général sont restés inchangés : La mer à perte de vue, des montagnes aux passages sinueux, les petites communautés tout au long du trajet. C’est DE TOUTE BEAUTÉ! Je suis peut-être rendue vieille et plate mais j’aurais pu passer des heures à Chéticamp à juste regarder le paysage en profitant de la belle température. Je regrette qu’on n’ait pas pu passer plus de temps dans cette charmante petite communauté mais le temps nous pressait. Chéticamp occupe une place toute spéciale dans mon cœur comme elle me rappelle mon petit coin de pays. Y’a des airs de Caraquet dans ce petit village de pêcheur où la mer et ses trésors sont à l’avant plan.
Nous avons pris la route tôt le lendemain pour prendre notre temps en empruntant la Cabot Trail. Il faisait beau conduire, un peu de nuage ici et là et une belle brise pour agrémenter l’expérience. Cette journée consistait en beaucoup de conduite pour qu’on puisse se rendre à la forteresse de Louisbourg à temps pour pouvoir la visiter. À chaque fois que je visite cet endroit, je deviens envahit par tellement d’émotion : de la joie, de la tristesse, de l’admiration, de la curiosité et j’en passe. Nous y avons passé quelques heures mais, honnêtement, pour tout voir en détail il faudrait y être pour une pleine journée. La démonstration de danse traditionnelle était complètement du nouveau pour moi. C’était plaisant de prendre une petite pause pour écouter le clavecin et en apprendre davantage sur les coutumes d’antan.
Notre dernière journée en sol néo-écossais nous a emmener à Baddeck pour visiter le musée d’Alexander Graham Bell. Je dois admettre avoir été très confuse par celui-ci. Je me souviens d’avoir visiter un musée lors de mon premier passage au cap breton mais ce n’était absolument rien comme ce que j’ai eu devant les yeux cette année. Peut-être que, dans le temps, ce que j’ai visité était son ancienne demeure. OU peut-être qu’il y a eu un renouvellement majeur des expositions (genre une nouvelle construction et tout) parce que rien ne ressemblait à ce que ma mémoire m’offre comme visuel. Ce qui m’a plu le plus, c’est qu’on ne se contentait pas de présenter ses exploits et comment il s’est rendu à l’invention du téléphone. Au contraire, ses échecs et inventions qui n’aboutirent à rien était aussi couverte. Sans oublier son amour pour le vol. De grandes machines étaient exposés au sein du musée et des activités interactives, comme la construction de cerf-volant par exemple, était offertes pour plaire aux familles. Peu importe s’il s’agissait d’un musée différent ou de rénovations, la direction qu’a pris cet endroit en est une bonne!
Nous avons ensuite repris la route jusqu’à être de retour chacun chez soi et prendre un repos bien mérité suite à tous ces kilomètres qui furent parcourus en trois petites journées. Ma prochaine fois dans le coin va s’annoncer beaucoup plus relaxe. Définitivement plus de temps à Chéticamp et un stop sur l’Isle-Madame. Un petit tour en voilier avec ma cousine, peut-être!
Shotgun Godin

Follow by Email