Friday, 18 August 2017

Vacances semaine 2 - La familia

Alors que la première semaine de mes vacances a été entièrement dédiée à prendre la route avec mes amis, la seconde a été 95% en famille! (Revenez demain pour le 5% qui reste à couvrir!) Après deux mois sans visiter, je suis restée dans la Péninsule pour une semaine entière et je n’ai même pas eu la chance de trouver le temps long.

Je me suis accordée une soirée de repos après mon retour de Nouvelle-Écosse avant de reprendre la route. J’ai fait le calcul, en une semaine j’ai parcouru 3177 km pour un équivalent de 34h09m sur la route. Je le sais, je suis complètement folle! Je voulais par contre arriver à Caraquet à temps pour la course de tacot qui a toujours lieu pour la fête du Nouveau-Brunswick. Mon père participait encore une fois cette année et il avait de la très forte compétition. Tellement forte d’ailleurs qu’il a dû remettre son trophée au maire de Balmoral. Le maire de Bertrand s’est quand même bien battu et a réussi à s’assurer d’une place sur le podium, en 3e position derrière le maire de Paquetville. Ce fut une belle journée et les célébrations en soirée entre les maires occupant les 1ère, 3e et 4e position (celle-ci occupé par le maire d’Atholville) a été très agréable!
Le podium - Photo prise par Le Festival Acadien
On ne peut célébrer à proprement dit sans une bouteille de champagne!
Je n’étais pas la seule personne en visite dans la Péninsule. Ma cousine de Montréal Sylvie était des nôtres pour la semaine avec son conjoint, Richard. On a ri, on a mangé (beaucoup et super bien!), on a chanté (beaucoup MAIS pas toujours bien!), on a célébré ensemble. Ça faisait un bon bout de temps qu’on n’avait pas passé autant de temps ensemble et rencontré Richard fut un vrai plaisir. On va faire un Acadien de lui, ça ne prendra pas de temps! Évidemment, comme on avait de la visite, ma sœur et les enfants étaient du rendez-vous à tous les jours. Ils se sont vraiment bien comportés et étaient très agréable à avoir alentour même si c’était quand même épuisant de les tenir occupés! Mon moment préféré avec tout ce beau monde reste la soirée des feux d’artifice au Carrefour de la Mer. Souper, parade des bateaux, fine pluie et tout un spectacle de pyrotechnie!
Je suis embarquée sur une moto pour la première fois de ma vie!!
On a eu une merveilleuse soirée. Dommage qu'un peu de pluie a décidé de se pointer le nez
À part ça, j’ai quand même pu beaucoup relaxer. Me coucher tôt et me lever tard est un petit plaisir de la vie qui m’a manqué la semaine auparavant! J’ai fait beaucoup de lecture, ben du lavage et j’ai pu relaxé sur la plage en bonne compagnie. J’ai même réussi à me faufiler entre deux rendez-vous pour avoir un massage, quel pur bonheur! Cette deuxième semaine de vacance m’a permis de recharger mes batteries jusqu’à ce que le tout dernier événement vienne les drainer complètement en l’espace de quelques heures. Mon conventum a eu lieu le 12 août, je vous en parlerai plus en détail demain.

Shotgun Godin

Thursday, 17 August 2017

Rebâtir mes souvenirs - Cabot Trail 2017

La nature. L’histoire. La mer. Du camping. Il y a tout pour me plaire sur l’Île du Cap Breton. J’ai adoré la première fois que je l’ai visité quand j’étais très jeune. J’ai adoré y retourner en 2013. J’étais extrêmement contente à l’idée d’y retourner au début du mois.
Avant même d’être à proprement dit sur la Cabot Trail, on a été obligé de faire un arrêt imprévu. Une galerie d’art faisait sa promotion à l’aide d’une affiche arborant fièrement un Tardis. Ben voyons! J’ai mal vu certain! J’aurais dû prendre l’affiche en photo puisque Google Street View n’a pas été mis à jour récemment dans cette région. Enfin, c’était bel et bien un endroit en grande partie dédié à Doctor Who et nous sommes donc retourner sur nos pas question d’explorer et de prendre quelques photos.  
Peu de temps après, nous embarquions sur la fameuse Cabot Trail. Les paysages en général sont restés inchangés : La mer à perte de vue, des montagnes aux passages sinueux, les petites communautés tout au long du trajet. C’est DE TOUTE BEAUTÉ! Je suis peut-être rendue vieille et plate mais j’aurais pu passer des heures à Chéticamp à juste regarder le paysage en profitant de la belle température. Je regrette qu’on n’ait pas pu passer plus de temps dans cette charmante petite communauté mais le temps nous pressait. Chéticamp occupe une place toute spéciale dans mon cœur comme elle me rappelle mon petit coin de pays. Y’a des airs de Caraquet dans ce petit village de pêcheur où la mer et ses trésors sont à l’avant plan.
Nous avons pris la route tôt le lendemain pour prendre notre temps en empruntant la Cabot Trail. Il faisait beau conduire, un peu de nuage ici et là et une belle brise pour agrémenter l’expérience. Cette journée consistait en beaucoup de conduite pour qu’on puisse se rendre à la forteresse de Louisbourg à temps pour pouvoir la visiter. À chaque fois que je visite cet endroit, je deviens envahit par tellement d’émotion : de la joie, de la tristesse, de l’admiration, de la curiosité et j’en passe. Nous y avons passé quelques heures mais, honnêtement, pour tout voir en détail il faudrait y être pour une pleine journée. La démonstration de danse traditionnelle était complètement du nouveau pour moi. C’était plaisant de prendre une petite pause pour écouter le clavecin et en apprendre davantage sur les coutumes d’antan.
Notre dernière journée en sol néo-écossais nous a emmener à Baddeck pour visiter le musée d’Alexander Graham Bell. Je dois admettre avoir été très confuse par celui-ci. Je me souviens d’avoir visiter un musée lors de mon premier passage au cap breton mais ce n’était absolument rien comme ce que j’ai eu devant les yeux cette année. Peut-être que, dans le temps, ce que j’ai visité était son ancienne demeure. OU peut-être qu’il y a eu un renouvellement majeur des expositions (genre une nouvelle construction et tout) parce que rien ne ressemblait à ce que ma mémoire m’offre comme visuel. Ce qui m’a plu le plus, c’est qu’on ne se contentait pas de présenter ses exploits et comment il s’est rendu à l’invention du téléphone. Au contraire, ses échecs et inventions qui n’aboutirent à rien était aussi couverte. Sans oublier son amour pour le vol. De grandes machines étaient exposés au sein du musée et des activités interactives, comme la construction de cerf-volant par exemple, était offertes pour plaire aux familles. Peu importe s’il s’agissait d’un musée différent ou de rénovations, la direction qu’a pris cet endroit en est une bonne!
Nous avons ensuite repris la route jusqu’à être de retour chacun chez soi et prendre un repos bien mérité suite à tous ces kilomètres qui furent parcourus en trois petites journées. Ma prochaine fois dans le coin va s’annoncer beaucoup plus relaxe. Définitivement plus de temps à Chéticamp et un stop sur l’Isle-Madame. Un petit tour en voilier avec ma cousine, peut-être!
Shotgun Godin

Tuesday, 15 August 2017

Quinzou

C’est une quatrième année pour moi à écrire pour le 15 août. Je viens de retourner dans le passé et lire ce que j’avais écrit par soucis de ne pas trop me répéter. J’y parle beaucoup de l’identité acadienne et de l’importance de l’inclusion. Je crois encore à 100% en tout ce que j’ai écrit, aujourd’hui encore plus que jamais avec tout ce qui se brasse dans le monde. Dans le fond, dans ce blogpost, je vais faire un peu plus d’introspection et déterminer comme mon Acadie a fait de moi qui je suis.
Comme l’Acadie…
Je suis persévérante : L’histoire de l’Acadie en est une de persévérance. Nous étions un peuple obstiné! Je le suis aussi. Quand j’ai une idée dans la tête, je ne l’ai pas dans le pied! Je sais prendre ma place, je connais mes droits, et même si ce serait souvent plus facile d’abandonner, je continue à foncer!
Je suis ouverte sur le monde : Notre histoire nous force à l’être comme notre peuple fut transporter à travers le monde. Nos ancêtres qui ont eu la chance de pouvoir rester durant la déportation ont eu par la suite à accueillir chez eux des Acadiens d’un peu partout lors de leur retour, des Anglais, des Loyalistes, des Canadiens… L’Acadie des Maritimes est empreinte de toutes ces couleurs! On ne peut non plus garder sous silence nos relations d’amitié avec les peuples des Premières Nations. Pour moi, l'Acadie est synonyme d'inclusion et donc, de mon côté, j’essaie de ne pas avoir de préjugés. Je reconnais que tout être humain est né égal et mérite le respect. Je suis pour l’immigration et suis fière qu’on considère mon pays comme étant un havre de paix et de sécurité.
Je suis francophone et fière, mais… : je ne parle pas toujours un français standard. Je m’adapte à mon environnement. Je suis d’autant plus fière d’être bilingue. J’aimerais même être trilingue ou plus encore! Je commence à pouvoir m’exprimer un peu en italien et j’essaie d’apprendre plus de mot japonais aussi, pourquoi pas? Je sais reconnaître que le français est une richesse mais non pas quelque chose qui mérite l’exclusivité. Les gens qui se disent Acadiens mais qui sont aussi élitistes quand vient le temps de parler de la langue de Molière sont dépassés et ne comprennent clairement pas notre histoire. On s’est adapté pour survivre, nous continuons tout simplement à le faire mais en plus on s’exprime haut et fort maintenant en le faisant! Si des acadiennisme existe, c’est que notre langue est imparfaite et ça, bizarrement, ça me rend « Right Fière! » :-p
Je vis sans frontières : L’Acadie est un pays sans frontières définies. On peut être Acadiens dans la Maritimes, dans le reste du pays, en Europe, en Louisiane, ailleurs au États-Unis, ailleurs dans le monde entier! De la même façon, je ne m’arrêterai pas à cause d’une frontière. Je veux voir le monde, en connaître davantage sur les différentes cultures et coutumes. Je refuse de rester sur place et de me contempler le nombril quand il y a tellement de choses à voir et à vivre. Nous sommes sur Terre que pour quelques décennies, aussi bien essayer d’en visiter le plus possible!
Je sais faire la fête! : Quiconque me connaît sait que c’est vrai. C'est en Acadie qu'est né la tradition de l’ordre du bon temps question de remonter le moral des colons au début du XVIIe siècle. L’idée était de se réunir et se divertir avec de la musique, de la bonne bouffe et pourquoi pas une petite boisson! L’Acadie sait encore comment accueillir et fêter comme nulle part ailleurs! Nos « party de cuisine » sont une sorte de légende étrange pour les gens de l’extérieur. J’adore accueillir, j’aime cuisiner en gang et j’aime aussi lever le coude de temps en temps. Pour ça, je suis une Acadienne pure et dure!


Je suis fière de ce que grandir en Acadie m’a permis de devenir et d’accomplir. Je souhaite à tous et à toutes un bon quinzou. Fêter fort! Fêter longtemps! Svp fêtez prudemment!
Shotgun Godin

Monday, 14 August 2017

Reprendre le retard

Plus de deux semaines sans avoir écrit. J’ai honnêtement honte! C’est ridicule comment on prend vite des mauvais plis. Pour compenser, j’ai décidé de poster du nouveau contenu à 5 reprises cette semaine (y compris aujourd’hui) avant de revenir à mon horaire régulier.
J'ai été lâche pendant mes vacances, on se le cachera pas!
J’en ai quand même pas mal à dire comme j’ai vécu de superbe moment durant mes deux semaines en vacance. Ce sera évidemment le sujet principal de ces blogposts. Road trip, temps en famille, 10e anniversaire de ma graduation, c’est certain que je couvrirai tout cela en temps et lieu. Il faut aussi par contre que je considère les dates à venir. Demain est une journée spéciale et c’est donc normal que je parlerai de la fête nationale des Acadiens, non?
Les vacances me vont bien je trouve par contre!
Donc c’est tout. Aujourd’hui je vous invite simplement à garder l’œil ouvert car je serai plus active que d’habitude sur mon blogue dans les prochains jours.

Bonne semaine!
Shotgun Godin

Saturday, 29 July 2017

Des vacances bien méritées

YYYYYYAAAAAAAAAAAASSSSSSSSSSS!!! DEUX SEMAINES OFF BABY!!! Je suis tellement contente que je suis enfin arrivée là. Pour la première fois depuis le début février, je prends du temps off qui ne me servira pas juste à donner de mon temps à un tournoi d’impro.

Comment commencer une vacance en beauté? Pour une personne normale, on dirait du camping, de la plage, une visite en famille… Pour moi, c’est tout autre! La 4e édition du Zèbre d’Or est commencé depuis hier soir. Six équipes sont partantes cette année. De mon côté, j’ai dû mettre de côté l’idée de jouer pour au lieu être membre de l’organisation et des bénévoles. DJ Shotgun fera son apparition pour la grande majorité du tournoi en plus de porter les rayures à quelques reprises comme juge de ligne. C’est le dernier grand événement de l’été donc si vous n’êtes pas venu hier, ne manquer pas l’occasion de venir nous voir à partir de midi aujourd’hui et demain en a.m. pour les demi-finales et la grande finale!
Après cette fin de semaine de fou de laquelle je sortirai complètement épuisée, je pars sur une road trip dans le sud-est du N.-B. en plus de nous rendre à la capitale néo-écossaise. Zack, Scott et moi-même parlons de ce road trip depuis un boute déjà. Le plan? Aussi niaiseux que ça puisse paraître, est de faire une tournée des différentes pawn shops qu’on croisera sur notre route. À nous trois s’ajoutent deux bons amis à Zack pour rendre l’aventure plus complète. On va faire toute sorte d’achat niaiseux, profiter de la route et vous pouvez imaginer que je ne manquerai pas de prendre avantage de la piscine de l’hôtel où nous résiderons à Halifax! Ça promet d’être ridicule comme expérience. J’aime ça!

Bon c’est assez ça. Je devrais avoir le droit de me reposer maintenant, non? NON! Nous serons de retour à Moncton le jeudi soir et dès le lendemain matin nous reprenons la route avec une autre gang de malade. Cette fois-ci, on se dirige à nouveau en sol néo-écossais mais c’est l’Île du Cap Breton qui nous appelle. Il s’agit ici d’un voyage de camping dans les hautes terres du Cap Breton. Chéticamp est notre premier arrêt, nous ferons ensuite la fameuse et pittoresque Cabot Trail jusqu’à nous rendre au Fort Louisbourg. Profitant des célébrations du 150e du Canada, nous aurons accès gratuitement au site historique national. Nous reprendrons la route tranquillement le lendemain pour revenir à Moncton.
Bon… Ça va faire le travellage! NON!!! Parce qu’après tout cela, il me reste encore une pleine semaine de vacances. Que vais-je faire pendant ce temps? Je m’en vais retrouver la famille dans la Péninsule! Ça va au moins me permettre de me reposer un peu! Je vais définitivement assister à la course de tacot du Festival Acadien - Ce serait plaisant de voir mon père remporter le trophée pour une troisième année consécutive! – et j’irai peut-être au show des Respectables le vendredi 11 au soir. À part ça, ce sera relaxe avec la parenté descendue d’un peu partout. On en a de PEI, d’autres de Montréal et je crois même qu’on aura de la visite de la Nouvelle-Écosse. Le neveu et les nièces vont aussi me tenir bien occupé, je le sens!
Il se peut donc que je sois moins assidue avec mon blogue pour les prochaines semaines. Je ferai de mon possible pour rattraper les post perdus question de ne pas trop prendre de l’arrière. Un joyeux deux semaines à vous chers lecteurs!

Shotgun Godin

Thursday, 27 July 2017

Jeux de la Francophonie Canadienne

Il commence à être un peu tard mais ça vaut la peine d’en parler tout de même…

J’en fais des événements d’improvisation. Année après année, je n’arrive tout simplement pas à dire non lorsque vient le temps de prendre part à des tournois. Les tournois secondaires d’improvisation NB, la Coupe universitaire d’improvisation, les jeux régionaux et de l’Acadie, le Zèbre d’Or et, cette année, les Jeux de la Francophonie Canadienne ont aussi fait partie du lot.
J’ai agi surtout à titre de DJ pendant ce dernier événement alors je n’ai pas eu autant de contact direct avec les jeunes comme ça aurait été le cas advenant que j’aurais été arbitre. J’ai tout de même vu tous les matchs de la semaine et j’ai été complètement abasourdie par le calibre et la confiance dont ces jeunes faisaient preuve. Neuf équipes étaient au rendez-vous : L’Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, le Québec, l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique accompagnée d’un joueur du Nunavut. Quel plaisir ce fut que de les voir évoluer au courant de la semaine!

On ne se le cachera pas, au Nouveau-Brunswick nous portons une attention toute particulière au décorum durant nos matchs. C’était quelque peu étrange au début de voir les équipes avoir peu d’interaction entre elles mais, heureusement, ça n’a pas durer. Très rapidement, les jeunes se sont mis à l’aise avec nos procédures et le spectacle en est grandement ressorti gagnant! La première chose qui m’a frappé, c’est comment les capitaines ont su profité des périodes de question avec l’arbitre pour ajouter un élément essentiel au spectacle qui était offert. Des entrées absurdes, des questions loufoques, des jeux de mot bien placé et juste assez de sass! Ils en donnaient autant qu’ils en recevaient. Ces jeunes avaient un sens du spectacle que je n’avais jamais encore vu à cet échelle pour leur âge. Vraiment bravo!
Une belle fraternité est née entre la majorité des équipes. Ici l'Alberta et la Nouvelle-Écosse.
Quelque chose qui vaut la peine d’être souligné, c’est que les équipes étaient présentes dans la foule. Ils assistaient aux autres matchs et absorbaient tout ce qui se disait. On pense à tort que la seule façon de s’améliorer en impro, c’est de jouer et participer à des pratiques ce que je considère complètement faux. Plus tu en vois, plus tu en apprends. Chaque match est une mine d’information pour quiconque sait où regarder. Les explications des arbitres, les concepts des équipes, faire vos propres caucus à la suite de la lecture du thème et même voter. Ce sont toutes des opportunités pour développer la rapidité d’esprit, la compréhension du jeu et développer un esprit plus critique. Ces jeunes comprenaient tout ceci car on les a vu mettre en application les conseils qui avaient été donnés. Bravo aussi aux coachs qui poussent leurs jeunes à assister au match afin de vivre pleinement le tournoi et apprendre tout au long de celui-ci.

Mon moment coup de coeur, et je n'hésite même pas un peu, a été de voir les joueurs et le public chanter le Ô Canada pour meubler le temps pendant que nous réglions un problème technique. Le patriotisme dans la salle a sauver la dernière improvisation du match, une improvisation musicale!



Je suis Right Fières d’avoir pris part aux Jeux de la Francophonie Canadienne et j’espère que ces jeunes improvisateurs auront la chance de continuer leur parcours, peu importe d’où ils viennent. Félicitations à notre podium : Bronze - Manitoba, Argent - Nouveau-Brunswick et Or - Ontario!




Shotgun Godin

Monday, 24 July 2017

Update sur ma voiture

Normalement, il ne devrait pas y avoir d'update sur mon blogue aujourd'hui mais bon. Pourquoi pas!? En plus, je n'ai rien publié samedi donc ça compensera.


J’ai eu ma voiture à nouveau. Voici ce qui a été fait sur celle-ci depuis le 16 juillet :

-          Dimanche 16 juil. : La voiture manque sur le bord de l’autoroute et se vide de son huile. L’assistance routière vient chercher la voiture et l’emmène chez Kia Fredericton
-          Lundi 17 juil. : Fredericton Kia me dise que la drain plug a disparu. Ils en mettent une autre, remplisse d’huile et font des tests. Au bout de 45 minutes à laisser le moteur runner sur idle, il s’est arrêté. On m’annonce que le moteur est fini. Moncton Kia, les derniers à avoir touché à ma voiture, ne peut organiser mon déplacement, je m’arrange donc à ma façon. Une fois sur place, ils me disent qu’ils ne peuvent rien faire avant d’inspecter le véhicule et que je ne peux donc avoir de location à leur frais.
-          Mardi 18 juil. : Kia Canada me contacte et me dit que ma voiture sera remorquée à Moncton dès le lendemain et que j’aurai des nouvelles de leur part à ce moment.
-          Mercredi 19 juil. : Rien… Comme absolument aucune nouvelle.
-          Jeudi 20 juil. : Tannée d’attendre, je contact Moncton Kia moi-même. On me dit que des tests ont été fait et que tout semble en bon état. On va la conduire alentours ce soir et, si tout est sous contrôle, on me la remettra le lendemain. J’ai finalement accès à une voiture de location mais je ne peux réalistiquement me rendre à temps chez Enterprise pour y avoir accès. À ce point-là, à quoi bon!
-          Vendredi 21 juil. : Je rappelle encore une fois Moncton Kia qui ne me rappelle pas d’eux-mêmes. Les tests de la veille et la conduite indique que tout est en bonne et due forme. Je peux aller chercher ma voiture ce que je fais. J’avertis par contre Kia Canada à l’avance que je vais faire faire des tests sur mon moteur par un tiers parti.
Aujourd’hui, ma voiture semble bien allée. Je l’ai testée à quelques reprises durant la fin de semaine et me suis rendue au travail ce matin sans problème. Aucun son étrange ni de vibration. Tout semble bel et bien en ordre.

Malgré tout, question de retirer tout doute de mon esprit, j’ai pris rendez-vous dans un garage indépendant afin de faire un plein diagnostique de mon moteur. Il sera inspecté ce mercredi et suite à cela je pourrai conduire l’esprit en paix.
Shotgun Godin

Tuesday, 18 July 2017

J'en ai juste trop à dire

On est mardi...

Normalement, je devrais updater mon blogue. C'est un peu ce que je suis en train de faire mais vraiment brièvement.

J'allais écrire à propos de mon expérience aux Jeux de la Francophonie Canadienne mais avec les circonstances des derniers jours, mon blogue était soudainement moins prioritaire.

Recap:
- Ma voiture est morte. Mon moteur est fini. Les mécaniciens chez Moncton Kia ont mal réinstallés un morceau lors d'un changement d'huile mais le concessionnaire refuse d'accepter le blâme parce que ça fait trois semaines depuis que le servicing a eu lieu. On me traite comme une criminelle qui aurait elle-même jouer après la drain plug pour que mon moteur lâche à leur frais.

- J'ai manqué une journée à la job et j'ai dû m'arranger par moi-même pour revenir chez moi parce que j'étais prise dans une autre ville pour plus de 24h dû à leur négligence et qu'ils ne pouvaient pas m'aider à revenir. Heureusement, je connaissais des gens dans la région qui ont pu m'héberger et m'aider au meilleur de leur capacité

- Au moment où j'écris ces lignes, ma voiture est toujours à Fredericton parce que Moncton Kia ne l'a toujours pas tower - à mes frais évidemment... J'attends la facture! Oh et n'oublions pas les frais d'entreposage à fredericton en plus des frais d'inspection de 78$ que j'ai déjà couvert chez eux. Qui va me rembourser pour tout ça?

- Mes assurances sont au courant de la situation et, pendant mon lunch break, ce sera au tour des avocats.... Des avocats.... ouff...



On pense que ça n'arrive qu'aux autres. Je n'aurais jamais cru avoir à faire appel à un avocat pour un litige du genre. Est-ce que j'ai les moyens de poursuivre en cours? Pas vraiment. Est-ce que ça va m'arrêter? Pas du tout. S'il faut que ça se rende jusque là, je n'hésiterai pas une seconde et je sais que je peux compter sur ma famille pour m'appuyer. Si vous croyez que je suis en criss... Vous pouvez juste essayer d'imaginer comme mon père est hors de lui. Je n'aime pas me cacher derrière mes parents quand il y a conflit mais, plus que jamais, j'ai besoin du caractère des Godin!

On va espérer que ça va se régler à l'amiable - et par ça je veux dire qu'ils vont accepter leurs torts et me donner un nouveau moteur ou un nouveau véhicule. Pas une cenne qui va sortir de mes poches!

Souhaitez-moi bonne chance
Shotgun Godin

Tuesday, 11 July 2017

Pourquoi la friend zone est le pire concept ever!

J'ai vu un post de trop sur la friend zone et j'ai décidé qu'il était temps que j'en parle ici. J'ai un problème majeur avec ce concept et je crois qu'il est important que j'explique pourquoi je cringe dès qu’on en fait mention.

Premièrement pourquoi est-ce qu’être dans la friend zone est toujours présenté comme étant une insulte? Ce n'est pas parce que tu aimes quelqu'un que cette personne est dans l'obligation de te rendre cette affection. Si tu ne peux pas faire face au refus, ben suck it up pi farme ta yeule parce que rien ne garantit que tu auras ce que tu voudras. La plupart du temps quand je vois des tweets ou post à ce sujet, la personne qui l'écrit sonne comme un asshole qui ne mériterait probablement même pas d'être un ami alors imagine un chum !!
Mon deuxième problème avec la connotation négative qui accompagne la friend zone, c'est que ça diminue l'importance de l'amitié. Ça va même jusqu’à la démoniser. Pourtant l’amitié est une forme de relation tout aussi importante qu’être en couple. Personnellement, je ne pourrais aimer quelqu'un qui n'est pas d'abord mon ami. De la même façon, si j'aime quelqu'un c'est un honneur pour moi qu'il me considère comme une amie. Ça veut dire que cette personne aime passer du temps avec moi et apprécie ce que j’apporte à notre relation. J'ai peut-être juste trop de common sense, mais il me semble que si quelqu'un te plaît, tu dois être prêt à travailler sur la relation. Réagir de cette façon à la friend zone ne fait que confirmer la décision de la personne courtisée. Si tu n'es pas prêt à être son ami(e), pourquoi tu voudrais même dater cette personne? Si tu coupes les ponts parce qu’on te refuse, quel genre d’ami(e) étais-tu du départ?

Non mais sérieusement, à quel point une personne peut-elle être imbus d’elle-même? Clairement, les gens qui voit la friend zone d’un œil négatif ne cherche que leur bonheur et se foute carrément du reste du monde. Quelle attitude de marde dont cette personne fait preuve. « Tu veux JUSTE être mon ami(e)… Non merci! J’ai assez perdu de mon temps sur toi. » C’est exactement ce que les gens qui refusent de demeurer amis sont en train de dire. Je n’ai du temps à te consacrer que si tu me donnes ce que je veux en bout de chemin. J’y pense et le cœur me lève... C’est tout simplement dégoûtant!
Gross gross gross gross!!!
En ce superbe mardi, je vous invite à jaser avec un(e) ami(e) et de lui dire à quel point il(elle) rend votre vie plus riche et agréable. Diffusant du positif plutôt que de s’attarder sur le négatif – hypocrite je sais comme c’est ce que je viens de faire tout au long de ce post.

Je vous aime guys!

Shotgun Godin

Saturday, 8 July 2017

Une autre obsession

Y’a de ces choses qu’on découvre bien trop tard. Une fois qu’on en devient témoin, c’est automatique, on devient addicté. C’est tout ce qu’on a en tête pour des jours et des jours. On y pense, on en rêve, c’est pratiquement notre essence pour cette période de temps. On a tous vécu ça un jour ou l’autre… Right?
Gu… guys?
Ok, il faut que je l’accepte, c’est juste moi ça! Je suis une personne obsessive de nature. Mais bon, dans ce cas-ci, il y avait juste trop d’élément qui rejoint mes intérêts pour ne pas que ça m’arrive. Je parle du Broadway Musical qui a conquis le monde entier : Hamilton
Nathalie a essayé à TELLEMENT de reprise de m’embarquer dans cette aventure, de me convaincre d’écouter la soundtrack qui allait changer ma vie… Au moins pour une courte durée de temps. Je l’ai écouté une fois en sa compagnie. Je n’ai pas vraiment accroché probablement parce que je n’étais pas seule, de un, et parce qu’on n’a pas pu l’écouter en entier en une seule fois. Quoi de mieux que le jour de l’indépendance pour revisiter l’œuvre dans l’intimité de mon bureau avec des écouteurs pour complètement m’immerger dans la musique.

JE. SUIS. EN. AMOUR.
Je veux dire, come on!!! C’est un musical, c’est historique, c’est une histoire de underdogs, c’est très émotionnel, c’est une histoire d’époque mais les thèmes demeurent actuels, c’est TELLEMENT différent! Mes connaissances de Broadway sont plutôt limitées – je sais, c’est surprenant! – alors je ne puis vraiment dire à quel point c’était une décision gutsy d’aborder un tel sujet en choisissant le rap comme format de mélodie. Je ne suis même pas une fan de rap – à l’exception de fake rap comme Lonely Island – mais je deviens Gangster Shotgun pendant que j’écoute cette musique. Pour moi, cette œuvre est une démonstration d’un génie musical et historique sans précédent. Les paroles sont clever, les rythmes sont entrainants et je ne peux passer sous silence le casting diversifié. COME ON!! C’était déjà parfait, là vous avez cranker la awesomenest up to freaking 27!
Bonus : l’auteur! Lin-Manuel Miranda ne peut rien faire de mal. Il est honnêtement l’une de mes personnes préférées sur cette planète. Sa voix est empreinte d’une chaleur qui réconforte peu importe ce qu’il dit. Le suivre sur Twitter est un pure delight! J’ai swooner quand ils avaient ses échanges avec Sarah Michelle Gellar – Une de mes idoles d’enfance et une idole récente qui s’échange des gifs parce qu’il fangirl l’un pour l’autre… C’ÉTAIT PARFAIT! (C’est d’ailleurs grâce à cela que j’ai eu un « favorite » de SMG… SQUEEEEEE!!) Miranda semble super approchable et sympathique. Il est le genre de personne avec qui je crois qu’il me serait possible d’avoir une conversation intelligible. PEUT-ÊTRE! Je ne le saurai probablement jamais parce qu’elles sont les chances que je rencontre l’une de mes idoles qui m’intimident moins.
SEE!! She's the real deal and she liked my tweet!!!
J’adorerais avoir la chance, non, le priviliège d’assister à une représentation d’Hamilton. Je ne me cacherai pas que je n’aurai jamais cette opportunité et c’est OK. La soundtrack existe pour des gens comme moi et Nathalie... Qu’on puisse l’écouter over and over and over and over again en souriant, riant et surtout pleurant. Mais si jamais l’opportunité se présente pour que je puisse voir une performance live, I won’t throw away my shot!

Shotgun Godin

Tuesday, 4 July 2017

J'étais avec toi, au Jeux de l'Acadie

Quelle grosse semaine qui vient de prendre fin! Ce fut un honneur de pouvoir participer à la 3e édition de la compétition d’improvisation au sein des Jeux de l’Acadie. La 38e édition de la finale des Jeux a eu lieu cette année à Fredericton. J’en suis revenue épuisée et, bien que déçue de ne pas avoir pu rencontrer Justin Trudeau dû à un conflit dans l’horaire, je suis tout de même extrêmement satisfaite!
Y parait que c'est Trudeau dans la mascotte. J'ai enfin eu ma selfie avec lui!
Le tournoi s’étalait sur 3 jours très chargés. Nous étions une petite équipe et donc on n’a pas vraiment eu de temps libre du tout. Match après match nous changions de rôle pour rendre l’expérience moins redondante pour nous, mais aussi pour offrir une expérience plus diversifiée aux équipes. Nous avons malheureusement perdu 2 équipes comparativement à l’année dernière. Les délégations de Terre-Neuve et de la Nouvelle-Écosse n’ont pas été représentées dans notre discipline cette année. Tout de même, les 6 équipes provenant de 4 coins du N.-B. et de l’Île-du-Prince-Édouard ont fait très bonne figure et ont su surmonté les défis que nous leur avons présenté volontairement ou non.
Crédit photo - Stephan Bénard
L’un des plus gros défis du tournoi était sans aucun doute la salle dans laquelle nous jouions. Un cafétorium n’est jamais l’idéal pour notre discipline mais plus que jamais l’acoustique était très difficile. On a eu à demander aux joueurs à plusieurs reprises de parler plus fort et on a dû sévir sur cette question. C’était vraiment dommage que de telle circonstance nuisait au spectacle comme le tout était hors de notre contrôle. Heureusement, les deux matchs de médaille se sont déroulés dans l’amphithéâtre de l’école communautaire Sainte-Anne ce qui nous a permis d’offrir une bien meilleure expérience de scène aux 4 équipes concernées. 
Crédit photo - Stephan Bénard
Après deux ans à remporter l’argent, c’est enfin le tour de l’équipe du Restigouche de décrocher l’or. Cette équipe a eu un parcours pratiquement exemplaire et ont de quoi être fier! L’équipe représentant la délégation Chaleur leur ont fait face en finale et j’ai eu un plaisir fou à arbitrer ce match. Merci aux deux équipes pour les bons moments et le professionnalisme que vous avez démontré tout au long du tournoi. Le match de médaille de bronze avait lieu juste avant. Les équipes de Kent et de la Péninsule-Acadienne s’affrontait dans celui-ci. Ce fut très agréable de constater du départ qu’aucune des 4 équipes qui s’étaient rendues en demi-finales n’avaient remporté les grands honneurs auparavant. Il était donc certain qu’une troisième équipe différente grimperait sur la plus haute marche du podium en cette 3e édition.
Passer du temps avec l’équipe de bénévole était tout à fait agréable, comme toujours. Par contre, le vrai highlight de ce tournoi fut les bénévoles non-associés à ImproNB. Tout particulièrement Robert qui a été un atout indescriptible tout au long de la semaine. Il était à l’écoute, s’assurait de répondre à nos questions dans un délai plus que raisonnable, s’est même assurer de trouver de la protection nécessaire lorsqu’on lui a indiqué durant un match que des vis dépassait sur les bandes fraichement construites. Il nous offrait son aide de façon constante, était intéressé et dévoué à la discipline… Ce fut un vrai coup de cœur de voir quelqu’un d’externe s’impliquer à fond dans notre tournoi. Merci mille fois pour tout! Ce fut un réel plaisir de te rencontrer et de passer ses trois jours en ta compagnie :-)
La 39e édition de la finale de Jeux aura lieu dans la ville de Miramichi. Dur à dire si j’y serai encore une fois pour la 4e édition du tournoi d’impro mais bon, après en avoir fait 3 sur 3, ce serait un peu dommage de perdre la séquence parfaite!
Ben oui... Encore Bénard!
« Frogs be Frogs »
Shotgun Godin 

Saturday, 1 July 2017

150 ans, ça se fête en grand!

Le Canada a 150 ans. Quand je nous compare au reste du monde, je suis attristée par ce que je constate mais, du même coup, je suis tellement fière de ma nationalité! Aujourd’hui, je célébrerai la tête haute car, on ne se le cachera pas, on a de quoi être fier! Le Canada est badass !!!



Pour l'occasion, je souligne ce qui fait de mon pays l'un des meilleurs endroits où vivre dans le monde. Aujourd'hui...

Je lève mon verre au bilinguisme!
Je lève mon verre au multiculturalisme, à la diversité, à l’acceptation et à l’ouverture d’esprit!
Je lève mon verre à nos vétérans et à tous ceux tombés au combat pour que nous puissions vivre en paix dans un si beau pays!
Je lève mon verre à nos 4 saisons, à la beauté naturelle du pays et aux efforts mis en place pour la préserver!
Je lève mon verre à notre histoire même si elle n’a pas toujours été rose. On ne peut oublier le passé, il faut en réparer les erreurs pour en ressortir encore plus forts et unis.
Je lève mon verre à notre devise en espérant qu’un jour je puisse dire que je connais mon pays « D’un océan à l’autre »!
Enfin, je lève mon verre à notre premier ministre qui contribue à faire rayonner notre pays à l’échelle mondiale. Merci M. Trudeau pour prendre soin de notre image… et de la vôtre! ;-)
Jamais assez de photos de Trudeau sur mon blogue héhé!

JOYEUX 150e À VOUS TOUS !!!
Shotgun Godin

Follow by Email