Tuesday, 15 August 2017

Quinzou

C’est une quatrième année pour moi à écrire pour le 15 août. Je viens de retourner dans le passé et lire ce que j’avais écrit par soucis de ne pas trop me répéter. J’y parle beaucoup de l’identité acadienne et de l’importance de l’inclusion. Je crois encore à 100% en tout ce que j’ai écrit, aujourd’hui encore plus que jamais avec tout ce qui se brasse dans le monde. Dans le fond, dans ce blogpost, je vais faire un peu plus d’introspection et déterminer comme mon Acadie a fait de moi qui je suis.
Comme l’Acadie…
Je suis persévérante : L’histoire de l’Acadie en est une de persévérance. Nous étions un peuple obstiné! Je le suis aussi. Quand j’ai une idée dans la tête, je ne l’ai pas dans le pied! Je sais prendre ma place, je connais mes droits, et même si ce serait souvent plus facile d’abandonner, je continue à foncer!
Je suis ouverte sur le monde : Notre histoire nous force à l’être comme notre peuple fut transporter à travers le monde. Nos ancêtres qui ont eu la chance de pouvoir rester durant la déportation ont eu par la suite à accueillir chez eux des Acadiens d’un peu partout lors de leur retour, des Anglais, des Loyalistes, des Canadiens… L’Acadie des Maritimes est empreinte de toutes ces couleurs! On ne peut non plus garder sous silence nos relations d’amitié avec les peuples des Premières Nations. Pour moi, l'Acadie est synonyme d'inclusion et donc, de mon côté, j’essaie de ne pas avoir de préjugés. Je reconnais que tout être humain est né égal et mérite le respect. Je suis pour l’immigration et suis fière qu’on considère mon pays comme étant un havre de paix et de sécurité.
Je suis francophone et fière, mais… : je ne parle pas toujours un français standard. Je m’adapte à mon environnement. Je suis d’autant plus fière d’être bilingue. J’aimerais même être trilingue ou plus encore! Je commence à pouvoir m’exprimer un peu en italien et j’essaie d’apprendre plus de mot japonais aussi, pourquoi pas? Je sais reconnaître que le français est une richesse mais non pas quelque chose qui mérite l’exclusivité. Les gens qui se disent Acadiens mais qui sont aussi élitistes quand vient le temps de parler de la langue de Molière sont dépassés et ne comprennent clairement pas notre histoire. On s’est adapté pour survivre, nous continuons tout simplement à le faire mais en plus on s’exprime haut et fort maintenant en le faisant! Si des acadiennisme existe, c’est que notre langue est imparfaite et ça, bizarrement, ça me rend « Right Fière! » :-p
Je vis sans frontières : L’Acadie est un pays sans frontières définies. On peut être Acadiens dans la Maritimes, dans le reste du pays, en Europe, en Louisiane, ailleurs au États-Unis, ailleurs dans le monde entier! De la même façon, je ne m’arrêterai pas à cause d’une frontière. Je veux voir le monde, en connaître davantage sur les différentes cultures et coutumes. Je refuse de rester sur place et de me contempler le nombril quand il y a tellement de choses à voir et à vivre. Nous sommes sur Terre que pour quelques décennies, aussi bien essayer d’en visiter le plus possible!
Je sais faire la fête! : Quiconque me connaît sait que c’est vrai. C'est en Acadie qu'est né la tradition de l’ordre du bon temps question de remonter le moral des colons au début du XVIIe siècle. L’idée était de se réunir et se divertir avec de la musique, de la bonne bouffe et pourquoi pas une petite boisson! L’Acadie sait encore comment accueillir et fêter comme nulle part ailleurs! Nos « party de cuisine » sont une sorte de légende étrange pour les gens de l’extérieur. J’adore accueillir, j’aime cuisiner en gang et j’aime aussi lever le coude de temps en temps. Pour ça, je suis une Acadienne pure et dure!


Je suis fière de ce que grandir en Acadie m’a permis de devenir et d’accomplir. Je souhaite à tous et à toutes un bon quinzou. Fêter fort! Fêter longtemps! Svp fêtez prudemment!
Shotgun Godin

No comments:

Post a Comment

Follow by Email