Thursday, 17 August 2017

Rebâtir mes souvenirs - Cabot Trail 2017

La nature. L’histoire. La mer. Du camping. Il y a tout pour me plaire sur l’Île du Cap Breton. J’ai adoré la première fois que je l’ai visité quand j’étais très jeune. J’ai adoré y retourner en 2013. J’étais extrêmement contente à l’idée d’y retourner au début du mois.
Avant même d’être à proprement dit sur la Cabot Trail, on a été obligé de faire un arrêt imprévu. Une galerie d’art faisait sa promotion à l’aide d’une affiche arborant fièrement un Tardis. Ben voyons! J’ai mal vu certain! J’aurais dû prendre l’affiche en photo puisque Google Street View n’a pas été mis à jour récemment dans cette région. Enfin, c’était bel et bien un endroit en grande partie dédié à Doctor Who et nous sommes donc retourner sur nos pas question d’explorer et de prendre quelques photos.  
Peu de temps après, nous embarquions sur la fameuse Cabot Trail. Les paysages en général sont restés inchangés : La mer à perte de vue, des montagnes aux passages sinueux, les petites communautés tout au long du trajet. C’est DE TOUTE BEAUTÉ! Je suis peut-être rendue vieille et plate mais j’aurais pu passer des heures à Chéticamp à juste regarder le paysage en profitant de la belle température. Je regrette qu’on n’ait pas pu passer plus de temps dans cette charmante petite communauté mais le temps nous pressait. Chéticamp occupe une place toute spéciale dans mon cœur comme elle me rappelle mon petit coin de pays. Y’a des airs de Caraquet dans ce petit village de pêcheur où la mer et ses trésors sont à l’avant plan.
Nous avons pris la route tôt le lendemain pour prendre notre temps en empruntant la Cabot Trail. Il faisait beau conduire, un peu de nuage ici et là et une belle brise pour agrémenter l’expérience. Cette journée consistait en beaucoup de conduite pour qu’on puisse se rendre à la forteresse de Louisbourg à temps pour pouvoir la visiter. À chaque fois que je visite cet endroit, je deviens envahit par tellement d’émotion : de la joie, de la tristesse, de l’admiration, de la curiosité et j’en passe. Nous y avons passé quelques heures mais, honnêtement, pour tout voir en détail il faudrait y être pour une pleine journée. La démonstration de danse traditionnelle était complètement du nouveau pour moi. C’était plaisant de prendre une petite pause pour écouter le clavecin et en apprendre davantage sur les coutumes d’antan.
Notre dernière journée en sol néo-écossais nous a emmener à Baddeck pour visiter le musée d’Alexander Graham Bell. Je dois admettre avoir été très confuse par celui-ci. Je me souviens d’avoir visiter un musée lors de mon premier passage au cap breton mais ce n’était absolument rien comme ce que j’ai eu devant les yeux cette année. Peut-être que, dans le temps, ce que j’ai visité était son ancienne demeure. OU peut-être qu’il y a eu un renouvellement majeur des expositions (genre une nouvelle construction et tout) parce que rien ne ressemblait à ce que ma mémoire m’offre comme visuel. Ce qui m’a plu le plus, c’est qu’on ne se contentait pas de présenter ses exploits et comment il s’est rendu à l’invention du téléphone. Au contraire, ses échecs et inventions qui n’aboutirent à rien était aussi couverte. Sans oublier son amour pour le vol. De grandes machines étaient exposés au sein du musée et des activités interactives, comme la construction de cerf-volant par exemple, était offertes pour plaire aux familles. Peu importe s’il s’agissait d’un musée différent ou de rénovations, la direction qu’a pris cet endroit en est une bonne!
Nous avons ensuite repris la route jusqu’à être de retour chacun chez soi et prendre un repos bien mérité suite à tous ces kilomètres qui furent parcourus en trois petites journées. Ma prochaine fois dans le coin va s’annoncer beaucoup plus relaxe. Définitivement plus de temps à Chéticamp et un stop sur l’Isle-Madame. Un petit tour en voilier avec ma cousine, peut-être!
Shotgun Godin

No comments:

Post a Comment

Follow by Email