Tuesday, 28 March 2017

CUI 2017 - On veut la fille!

Par où commencer? J’ai vécu une fin de semaine hors du commun et je ne m’en suis pas encore tout à fait remise. J’ai vécu ma deuxième CUI à domicile et, bien que je n’aie pas encore rattrapé le sommeil perdu et que je crains que je sois à veille de tomber malade, je ne regrette rien!

Je ne m’attendais jamais à ce qu’un jour, je porte les stripes pour un tournoi national. Je n’ai jamais pris part à une CUI auparavant comme je n’ai jamais été joueuse au niveau universitaire. Je me déplaçais et participais en tant que membre du public, sans plus. Il s’agissait donc techniquement de ma 7e CUI, mais la première en tant que membre active du spectacle. Ça me fait tout drôle de me dire que des gens me connaissent comme Shotgun dans 5 provinces canadiennes! Merci aux Jeux de l’Acadie et à la CUI! Peut-être que je devrais m’arranger pour faire les jeux de la francophonie after all!
Je me sens choyée d’avoir été membre d’une si bonne équipe d’officiels. C’était un gros gamble de ne pas avoir de pauses pour le dîner le samedi et, malgré qu’on eût sept matchs l’un après l’autre, on n’a pratiquement pris aucun retard! Tout le monde était on the ball, prêt à temps et ça donner comme résultat un des tournois les plus smooth auquel j’ai participé. Partager la scène avec mes collègues à rayures – Phil, Chalif et Fred – fut un véritable plaisir. Vos performances étaient tellement divertissantes, votre attitude était inspirante. On sentait qu’on était une équipe et non pas quatre individus occupant simplement le même rôle. Le prix d’arbitre du tournoi aurait pu aller à n’importe lequel d’entre vous et je n’aurai pas été moins fière que lorsque Fred l’a reçu. J’aurais aimé qu’on ait 4 de ces prix parce que je crois qu’on a tous offert un bon spectacle – ben oui, je m’inclue là-dedans. Ça me surprend moi y too – et aussi parce que les prix étaient freaking beau!
Comment passer sous silence le travail qui a été fait avant, durant et après le tournoi par notre ombudsman. Mike… Tu es un trésor national! Tu as offert une expérience de tournoi exemplaire aux équipes grâce à ta disponibilité et ton efficacité. Tu étais aussi là pour ton équipe d’officiels du début à la fin. Tu as mis bien trop de ton temps avant le tournoi pour t’assurer que tout était bien fait : vérifier et revérifier tous les petits détails. Si ce tournoi a été un succès, c’est entièrement grâce à toi et on ne saura jamais assez te remercier pour tout ce que tu as fait pour cette CUI, pour la Licum et pour l’impro en général au NB. Frogs be Frogs!
Aux équipes : Merci de vous être prêter au jeu. Merci d’avoir non seulement accepté que le style de jeu néo-brunswickois est bien différent de ce que vous connaissez chez vous, mais en plus de vous être adapté à celui-ci. Merci d’avoir pris la route, ou les airs, pour vous rendre dans notre petit coin de pays. On est TRÈS au courant de comment épuisant et demandant le voyage a pu être sur vous. J’espère sincèrement que vous avez de bons souvenirs du tournoi et aussi et surtout que vous avez profité de la route pour vous créer encore de meilleurs moments. Quoi de mieux que des heures et des heures pris avec le même monde dans un espace restreint pour bâtir une chimie d’équipe et des inside jokes? RIEN! Plus sérieusement, j’ai été extrêmement honorée d’interagir avec vous tout au long de la fin de semaine. Vous étiez ouverts, curieux, dynamiques, sympathiques, name it! Vos questions et les conversations que nous avons pu entretenir démontraient clairement votre passion pour la discipline et votre volonté d’offrir une performance de haut calibre et un spectacle inoubliable pour le public. J’étais extrêmement nerveuse à l’idée d’arbitrer un tournoi où je ne connaissais presque aucun joueur mais vous avez rendu ma tâche facile et super agréable! J’ignore si j’aurai, un jour, le privilège d’arbitrer à nouveau une CUI mais, pour être honnête, j’ai adoré mon expérience et espère pouvoir la revivre, même si ce ne sera que dans 7-8 ans lorsque Moncton vous accueillera à nouveau.
Sur ce, bon retour à la réalité!
Shotgun Godin AKA « La fille »

Friday, 24 March 2017

Un événement à ne pas manquer!

Mais attends… On n’est pas samedi?? QU’EST-CE QUI SE PASSE!?!?!?!
Eh bien ce qui se passe c’est qu’un événement incontournable débutera ce soir à Moncton. Exceptionnellement, je publie mon blogpost aujourd’hui pour offrir le plus de visibilité possible à la 30e édition de la Coupe universitaire d’improvisation (CUI).

C’est quoi ça?
C’est un tournoi national d’improvisation qui invite des universités de partout au pays à se rencontrer en un lieu commun pour croiser le fer et remporter *la* coupe. Pour certains ce n’est peut-être qu’un tournoi parmi tant d’autres. Pour nous et bien d’autres, il s’agit du tournoi d’improvisation post-secondaire le plus prestigieux!
Qui y prendra part?
9 équipes du Nouveau-Brunswick et du Québec sont inscrites au tournoi. L’équipe hôtesse, la Licum (Moncton, duh!) accueillera donc les équipes de la LILOMA (Edmundston), l’UQUAR (Rimouski), la LUITR (Trois-Rivière), la LUI (Laval), la LICHE (HEC Montréal), le Paradoxe (UQAR-Lévis), la LACI (UQAM) et de l’UQUOI (Outaouais).

C’est quand? Pi ça se passe où? C’est ouvert à tous?
Ça commence dès 19h30 ce soir. Tous les matchs sont GRATUITS (Stune méchante bonne deal ça!). Ils sont présentés à la salle 163 à l’édifice Jacqueline-Bouchard. Tous sont les bienvenues mais on aime aviser que c’est de l’impro : c’est spontané et c’est de niveau universitaire… Il pourrait y avoir des propos plus… adulte…?! Comme qui dirions en anglais : « Viewers discretion is avised ». Je vous invite à consulter l’horaire ci-dessous si vous voulez vous joindre à nous durant la fin de semaine.
Well… je ne suis pas certain de pouvoir y être. Je pourrai y aller la prochaine fois, non?
Écoute colo… C’est ton choix mais la dernière fois que la CUI a eu lieu à Moncton c’était en 2010. Avant ça? En 2004! Une opportunité comme celle-ci, ça ne se présente pas tous les 2-3 ans. La vie est trop courte pour avoir des regrets! Ça va être tout un show, ça c’est certain! Alors, ma réponse à ceci c’est :

MANQUEZ PAS ÇA!!!

LA COUPE UNIVERSITAIRE D’IMPROVISATION!! C’EST EN FIN DE SEMAINE QUE ÇA SE PASSE!!! ON SE VOIT LÀ!!!
Shotgun Godin


**On s'en reparlera mardi parce que je n'aurai rien de mieux à vous conter anyway!**

Tuesday, 21 March 2017

"Days grow longer and nights grow shorter..."

(Tsé quand tu cherches pour un titre pour ton blogpost pi tu te souviens de parole d'une chanson que tu adorais au secondaire et que tu tombes dans un loop d'écouter ces chansons qui te remplissent de nostalgie... Ben ça!

"Seasons are changing and waves are crashing and 
Stars are falling all for us
Days grow longer and nights grow shorter
I can show you I'll be the one"
Your Guardian Angel, The Red Jumpsuit Apparatus)

Le printemps est arrivé hier. Ben quelqu’un aurait dû le lui rappeler parce qu’il s’est trompé. Telle une personne ayant perdu notion du temps, il est arrivé dimanche, une journée à l’avance, avec un soleil tapant et une « chaleur » bienvenue - ça prend des guillemets ici parce que 6°C c’est loin d’être chaud mais ça fait changement des -25°C. Non sérieusement, toute encouragée par ce signe que le printemps était enfin des nôtres, j’ai osé me promener sans manteau à l'extérieur. J'ai pris la chance de ne porter qu'un jacket lorsque je suis sortie en soirée. J'étais même confortable vêtue de la sorte. Je croyais pouvoir accrocher mon manteau d'hiver… LOL! ERREUR!!
Nos saisons ne respectent plus les « limites » imposées par les astres. Ça devient presque mêlant de se fier aux équinoxes et aux solstices pour déterminer où on se trouve dans l’année. La neige commencent bien plus tard qu’elle en avait l’habitude. Ça veut aussi dire qu’elle reste plus longtemps. Le printemps ne dure pratiquement que 2-3 semaines : cette courte période de temps entre la dernière tombée de neige et la chaleur qui s’installe. Tu sais qu’on est mêlé en mautadit quand même la nature elle-même se trompe. Un exemple concret qui démontre le switch dans les périodes de température, ce sont les fameux Junebug. C’est rendu qu’ils sortent en début mai! NON MAIS LÂCHE MOI TRANQUILLE! Avant on avait au moins quelques semaines avec de belles températures mais pas de moustiques. Tough luck steur
Yark yark yark yark yarl! Stay away!!!
Cette année, je me devrai de rester alentour pendant l’été. Je me dois de sauver mes sous si je veux aller à Londres en octobre. J’espère sincèrement qu’on aura droit à de la belle température. Tout ce que je souhaite, c’est avoir un bel été me permettant de me rendre le plus souvent possible à la plage, de recharger mes batteries au soleil, de devenir juste un peu moins blême et d’avoir du bon temps entre amis. Je suis écœurée de passer mes soirées et mes weekends enfermées chez moi. C’est plaisant des films et des board games mais un bon livre sur le bord de la côte, prendre des break de lecture pour une petite saucette, alors ça c’est la grosse vie sale! Pi on peut tu ACTUALLY aller sur un bateau cette année? God ça me manque!

L’arrivée du printemps me pousse toujours à rêver à mon été. Faites que celui-ci puisse se comparer à l’été 2015!
Shotgun Godin

Saturday, 18 March 2017

Les joies du lavage!

Manque de temps et d’inspiration me dicte qu’il me faut un bref blogpost. Un samedi matin dans la péninsule. Qu’est-ce que j’attends? Mon lavage évidemment!

C’est fou mais ce sera comme une libération la journée où je pourrai faire du lavage sans avoir à payer pour opérer les machines ou à attendre que je visite mes parents dans la péninsule. Je ne serai chez moi que lorsque j’aurai une laveuse sécheuse que je pourrai utiliser à ma guise. Pas besoin de m’en faire pour qui que ce soit. Pas besoin de me préparer à l’avance avec du petit change. Pas besoin de faire marcher la sécheuse à trois reprises et devoir quand même suspendre mon linge parce qu’il n’est pas encore tout à fait sec.
En plus c'est hypnotisant à regarder!
Faire mon lavage est probablement la tâche ménagère que j’aime le plus faire. C’est une tâche qui demande peu d’effort et qui donne rapidement des résultats qui sont faciles à constater. Je peux me permettre de faire autre chose en même temps… Vraiment c’est logique que j’aime le faire car ça me donne l’impression d’être responsable en ne faisant pratiquement aucun effort. Les vêtements chauds qui sortent de la sécheuse. Réorganiser ceux-ci dans ma garde-robe. Planifier ce que je porterai dans les jours à venir. L’odeur d’une brassée propre. Je rêve du jour où je pourrai laver mes draps toutes les semaines et m’endormir dans cette bouffée d’air frais.
C’est bon de savoir que j’ai presque l’air d’une adulte responsable grâce à cette tâche simple!
Shotgun « Chui right une adulte » Godin

Tuesday, 14 March 2017

Mars: Le mois de l'impro!

Si janvier et février sont les mois les plus pénibles pour moi dans l’année, me forçant à sortir de la province ou trouver toute sorte de façon de me motiver à passer au travers comme en assistant à des concert, mars est un des mois de l’année que je préfère. Pas le temps de le voir passé, une fois que le congé est fini on tombe en mode impro pratiquement 24/7!
Suffit de jeter un coup d’œil au calendrier d’événements d’Improvisation NB pour se rendre compte à quel point on sera occupé à partir de cette semaine. Neuf événements en 3 semaines : 3 match de la Licum (incluant la finale), deux matchs de la Lisse, un match de la Lispa et un de la Lipse composent la majorité de ces événements. Je vais prendre part AU MOINS à 6 de ces 7 événements. À proprement dit, ce ne sont pas de très gros événements mais, en comptant aussi les deux tournois dont je parlerai un peu plus en détails plus bas, ça représente quand même 13 jours pendant lesquels je prendrai part à un événement d’impro sur un total de 21… Dit comme ça, je réalise que je mes priorités peuvent paraître étrange à la majorité. Ah ben, tant que la passion est là!
Le premier événement majeur qui s’en vient dans la province est la 30e édition de la Coupe Universitaire d’Improvisation qui débarque à Moncton. 30e édition, 30e anniversaire et, par hasard ça se passe juste à temps pour que je célèbre aussi mon 28e anniversaire! Non je n’ai pas influencé qui que ce soit pour que cette décision soit prise. De toute façon, depuis quelques années, la CUI a toujours lieu dans cette tranche de temps. Tant mieux pour moi – ou plutôt tant pis comme ça me vole le spotlight!! ENOUGH ABOUT ME! C’est tripant que le tournoi se passe chez nous mais c’est aussi un peu décevant comme la roadtrip fait partie intégrale de l’expérience. Y’a pas à se plaindre par contre car on se reprendra dans les années à venir. Neuf équipes seront de la partie du 24 au 26 mars au pavillon Jacqueline-Bouchard de l’UdeMoncton. J’y agirai en tant d’arbitre… pour un tournoi national… avec des équipes que je ne connais absolument pas… d’un style de jeu complètement différent au nôtre… AAAAHHHHH!!! Nerveuse la fille? Un petit peu, oui! Ça va sûrement être fine mais c’est tout un défi pareil. Venez me voir me péter la yeule, ça peut juste être entertaining!
Comme si ce n’était pas assez, la fin de semaine suivante aura lieu le tournoi de qualification des équipes de niveau secondaire de la province. Le tout se déroulera à Shippagan à l’EME du 31 mars au 2 avril. Avec la Lisse, la Lispa et le tournoi amical à Fredericton, je suis une des rares personnes (on est 5 si je ne me trompe pas) qui a eu la chance de voir toutes les équipes inscrites au tournoi auparavant. J’ai extrêmement hâte de les voir évoluer dans un contexte de tournoi. C’est sûr que je ne pourrai tous les voir… *shakes fist in the air* double-salle!!! Ça fait partie de la game par contre et je vais faire ce que je peux pour assister à quelques impros des équipes que je n’aurai pas la chance d’arbitrer ou de juger. La CUI est peut-être un incontournable pour plusieurs mais personnellement je préfère participer aux tournois secondaires. Les jeunes sont passionnés et ça se sent. Ils sont présents pour les autres équipes. On a la chance de les voir évoluer tout au long d’une fin de semaine. On se crée une relève aussi, ce qui est essentiel à la survie d’Improvisation NB. Dans le fond, la gratitude est plus présente chez nos jeunes et je considère qu’ils en valent tout simplement plus la peine. S’ils peuvent retourner chez eux avec de bons souvenirs et une expérience positive en français sous leurs ailes, de savoir que j’ai contribué à cela me donne un sentiment de fierté immense et de mission bien accomplie!

Considérant tous les événements qui approchent à grands pas, préparez-vous à entendre parler d’impro encore plus souvent sur ce blogue. J’en fais trop? Peut-être. Je vais le regretter? Pffft… Jamais! Je vais être épuisée? Euh wais… Mais c’est à ça qu’Avril sert, non?

Shotgun Godin

Saturday, 11 March 2017

Un concert c'est bien, mais deux c'est mieux!

Après Billy Talent dimanche dernier, une personne normale se dirait que son quota de concert serait atteint pour un petit boute, non? Ben pas moi! Je ne me cache pas pour le dire : je vis pour ce genre d’événements. Je dépense temps, argents et énergie pour pouvoir vivre le plus d’expériences live possibles. Je parle ici de concerts, d’événements d’impro, de voyages, etc. Ça ne fait donc que du sens que, lorsque j’ai su que Half Moon Run ajoutait des dates à sa tournée canadienne, dont une soirée à Moncton, j’ai sauté sur l’occasion pour me procurer des billets!
Front row baby!!!
J’ai découvert Half Moon Run en 2014. Ils faisaient l’ouverture de City and Colour à Halifax et je suis immédiatement tombée sous leur charme. Pas compliqué, entre les deux shows, je me suis garochée à la merch table pour me procurer leur EP. Leur son est unique, leur talent indéniable mais ce qui m’a frappé le plus c’est leur versatilité. Ils sont tous capables de jouer de nombreux instruments, passant de la guitare, aux percussions, à la bass entre chacune de leurs chansons. Enfin, l’élément qui m’a le plus frappé était leur drummer principal qui a eu à se créer une chorégraphie élaborée entre ses bras pour pouvoir jouer du drum ET du keyboard en même temps. À ce moment, je n’avais d’yeux que pour lui! Mon cerveau n’arrivait pratiquement pas à s’expliquer ce qui se déroulait devant moi. 
 Je suis tellement heureuse de voir que c’est maintenant leur tour d’être le main event. Hier soir, depuis la première rangée du théâtre Capitol, j’ai tout d’abord découvert l’artiste qui les accompagnaient : Amylie. Je n’avais jamais entendu parlé d’elle avant la soirée-même du show. Gutsy choix d'avoir une artiste francophone pour faire l'ouverture de leur show. Elle était awkward de la meilleure façon possible mais le son était différent ce qui rendait sa prestation hypnotisante. Son 45 minutes a passé très rapidement, j'aurais même aimé en avoir plus. Mais bon... C'était Half Moon Run qui venait après donc je n'étais pas si triste que ça dans le fond.
À la minute que Half Moon Run est monté sur scène, j'étais à nouveau conquise. Comment ne pas les aimer. Ils ont l'air si sympathiques tellement ils sont enjoués sur scène. Ils dansaient, lers harmonies étaient spot on, la musique était encore meilleure que sur leur album, ils changeaient constamment de place sur scène dépendemment de l'instrument qu'ils jouaient. C'était comme revivre la magie de la première fois que je les avais vu live mais en connaissant toutes leurs chansons cette fois-ci. Je ne peux passé sous silence le montage de lumière qui les accompagnaient hier soir. On se serait cru dans une aréna durant un spectacle à grand déploiment tellement c'était intense. Je suis d'ailleurs surprise qu'aucun avis n'ait été émis pour les risques de seizure. Ça rajoutait énormément au spectacle en suivant le rythme des chansons les plus up beat ainsi qu'en créant un suspense entre les chansons alors que le stage était complètement dans le noir et les lumières diriger sur la foule. Ça d'ailleurs créé un certain inconfort chez les spectateurs les premières fois.
En temps normal, je me serais plains que le band n'interragissait pas assez avec la foule. Ce que j'ai réalisé au fur et à mesure que le show avançait, c'est qu'il n'en avait tout simplement pas le temps. Avoir à changer d'instrument entre chaque set demande du temps et une organisation très serrée. En plus, même lorsqu'ils essayaient de placer un mot, la foule ne se taisait pas leur donnant très peu de chances de nous parler. Dans tout ce stir, leur drummer principal a quand même tenu à prendre la parole au nom du groupe pour s'excuser. Clairement touché par l'accueil qu'ils avaient reçu en Acadie et par la réponse des fans au Capitol - la foule était debout, criait, chantait, dansait... c'était malade! - c'est avec une voix qui cassait sous le coup de l'émotion qu'il s'est excuser dene pas être passé dans notre ville plus tôt dans leur carrière. Du coup, il a aussi promis qu'ils seraient de retour dans les années à venir. NON! JE NE PLEURE PAS... TOI TU PLEURES! *ahem* Le spectacle s'est poursuivi et nous avons eu droit non pas à un, mais bien à deux Encore de leur part. Ce fut une soirée incroyable que je n'oublierai pas de sitôt!

Ils vont maintenant finir leur tournée à Halifax et se remettre à écrire pour sortir un nouvel album. Conquise comme je suis, j'ai déjà hâte de le commander à l'avance!
Ci-dessus - La face d'une fan satisfaite avec sa toute nouvelle tuque :-D
Shotgun Godin

Tuesday, 7 March 2017

Billy Talent: À voir et à revoir!

Qui l’aurait cru? Après que les deux derniers concerts auxquels j’avais l’intention d’assister durent annulés, j’avais perdu espoir et croyais que je ne pourrais voir un show live cet hiver. J’avais tort car cette semaine a été lancée par tout un concert et je ne puis faire autrement qu’en parler en trop grands détails. Désolé à l’avance!

On m’avait déjà dit qu’un band qui était excellent live était Billy Talent. J’aime bien leur musique mais je connais plus leurs grands succès que d’autre chose. Est-ce que je me considère fan? Oui mais pas fan finie. Est-ce que mon opinion est changée depuis dimanche soir? EUH YAH!!! Ils se sont donnés dans leur show à 110% et, comme je l’ai dit à plusieurs reprises depuis qu’ils sont descendus du stage, ils étaient tout simplement delightful! Rien de plus, rien de moins à dire ici!
J’en ai vu des concerts, j’en ai d’ailleurs reviewé plusieurs ici-même. Vous savez donc qu’une chose à laquelle je tiens c’est que le band prenne la peine d’interagir avec la foule. Les membres de Billy Talent étaient extrêmement généreux de leur temps de ce côté. Il s’agit évidemment de mon opinion. Certaines personnes, j’en suis persuadée, achètent un billet pour un concert et ne veulent qu’entendre les artistes jouer leurs albums sans plus ni moins. De mon côté, je préfère qu’ils essaient au moins de développer une sorte de connexion avec leurs fans.  Billy Talent était un band exemplaire dans cet aspect. Le chanteur nous a parlé de son séjour à Moncton, du dégoût qu’il ressentait face à l’attente qu’ont dû vivre les fans pour les revoir dans le coin – c’est long 4 ans! Il a promis un retour plus rapide pour remédier à la situation. Mais le moment qui est venu me chercher, c’est le message d’inclusion qu’il a proclamé haut et fort dans une période de temps si fucked up. J’ai réussi à capter un vidéo et mon Dieu que ça raisonner en moi!


La musique était elle aussi incroyable. Il y a quelque chose de plaisant à voir un band live et de pouvoir dénoter les différences entre la chanson sur l’album et la performance. Je ne parle pas ici de voix cassées ou d’erreur mais plus de clin d’œil à un lieu, à la foule, à un membre du groupe, etc. Il y a tellement eu de cas de lipsync dans le passé qu’il y a quelque chose d’effrayant mais aussi d’absolument réconfortant lorsqu’on constate qu’un band sonne exactement comme sur leur album. Dans le cas de Billy Talent, c’était définitivement le deuxième. Ils sonnaient si bien ensemble, c’était incroyable! Leur son est unique et reconnaissable n’importe où. Ils m’ont embarqué dès les premières notes de « Devil in a Midnight Mass » la première chanson qu’ils ont jouée. Autant je me sentais off avant qu’ils prennent le stage, autant j’étais en feu à la minute que j’ai entendu les premières notes. Je ne me souviens pas d’un concert où j’ai autant crier, sauter, danser, chanter… NAME IT!!! Ils ont joué tous leurs gros hits au grand plaisir des fans qui chantaient en chœur.


Si vous avez la chance de les voir live, allez-y! Je ne vous le recommanderai jamais assez!
Shotgun Godin

Saturday, 4 March 2017

Mon projet qui ne finira jamais

Facebook me rappelle ce matin que ça maintenant un an que je me suis lancée dans un projet pour voir et revoir tous les films qui se trouve dans ma collection (Voir : Un autre projet de cinephile). Sur les 206 films que je devrai regarder en suivant leur ordre alphabétique, je ne suis rendu qu’au numéro 54 – The Grand Budapest Hotel – je vais d’ailleurs l’écouter aussitôt que j’ai fini l’écriture de ce post.

Mon véritable problème, et ce qui occasionne le retard flagrant que j’accuse, c’est que je me propose de nouveaux projets par-dessus celui-ci. On se souviendra qu’en novembre j’ai décidé de regarder un anime par jour. Plus vraiment le temps de regarder un deuxième film par là-dessus. Ensuite, en fin janvier je me suis lancée dans la préparation pour les Oscars. Ça a rapporté comme j’ai frôler la première place en ne perdant que par notre tie-breaker. Je ne peux me promettre que je ne vais pas me lancer dans d’autres projets au courant de l’année mais j’espère au moins avancer plus rapidement dans celui-ci.
54 films en un an, ce n’est rien pour moi. Oui ça veut dire une moyenne d’à peu près un par semaine et si on considère que je vais au cinéma presqu’à toutes les semaines en plus d’en voir un autre en gang à l’appart les vendredis soirs, ça explique un peu l’épuisement et la volonté de faire autre chose. Je vais voir. Peut-être que je devrai me contente de ce rythme – et donc finir mon projet en 2020 ou 2021 comme je n’ai de cesse d’acheter ou de recevoir de nouveaux titres. Peut-être aussi qu’il s’agit d’un projet trop ambitieux. J’aime la plupart des films dans ma collection. Si je mets de côté les horreurs que j’ai reçu pendant les Oscars, ce sont pas mal de bons films et les quelques mauvais dans la pile sont des guilty pleasures.

Y’a pire que ça dans le monde. J’écoute quand même des films que j’aime et ça me permet de les redécouvrir à un rythme quasi-constant. C’est juste plate que je m’empêche d’écouter les films que j’aimerais vraiment voir parce que ce n’est pas là que je suis rendu dans le projet – Ça fait depuis quand encore que je parle de voir à nouveau Princess Mononoke?

Continuez à suivre mes progrès sur Twitter grâce à #ShotgunsMovieLibrary.

Shotgun Godin

Follow by Email